Un point important (de magnésie)

Les falaises et blocs en gros dévers sont souvent pourris de magnésie dans les prises, mais aussi autour des prises avec des points, des tickets et des traits permettant de visualiser plus rapidement les prises suivantes. La pluie ne nettoie jamais le rocher et la magnésie s’accumule d’année en année. Du point de vue du grimpeur cela rend les prises glissantes et facilite énormément les enchainement à vue (sauf quand les traits mènent à une méthode débile). Au niveau esthétique c’est très laid, et dans les sites sensibles, comme Albarracin par exemple, cela ne plaide pas en faveur d’une pratique du grimpisme respectueuse de l’environnement.

Les points et traits sont la plupart du temps inutiles. Mais parfois, pour certains jetés à l’aveugle par exemple, comme dans le bloc « el gato con botas » à Albarracin (vidéo ci-dessus), un point de magnésie de taille raisonnable permet de visualiser clairement le prise d’arrivée et de faciliter le bloc (voir les 2 photos plus bas). C’est de la triche si on est un vrai puriste, personnellement je me l’autorise avec modération.

gato con botas bloc albarracin

Le jeté vu du bas sans point de magnésie.

gato con botas bloc albarracin

Un point de magnésie permet de visualiser le bac sur lequel jeter, facile non?

Le plus important étant ensuite de DONNER UN COUP DE BROSSE SUR LE POINT OU TRAIT DE MAGNESIE ET SUR LES PRISES pour les grimpeurs suivant et la préservation du rocher. Malheureusement peu de grimpeurs le font… alors pensez-y!
Pour finir sur une note positive, super beau ce bloc.

Vidéo ski: Les Bon Appétit en Islande

Accompagnés du slalomeur Victor Muffat Jeandet, les Bon App’nous régalent d’un monstre épisode 100% peaupow tourné en Islande. Paysages grandioses avec l’utilisation d’un drône au top, mais surtout du super ski dans un autre monde avec simplicité, humour et passion.

Conventionnement des sites naturels d’escalade: la FFME réaffirme son engagement

ffme convention site escalade

Comme vous l’avez peut être suivi au début de l’automne, la FFME a été condamnée par le Tribunal de Grand Instance de Toulouse à indemniser deux pratiquants non-licenciés d’une somme de 1.2 millions d’euros, ceux-ci ayant été très grièvement blessés par une chute de bloc sur la falaise de Vingrau. Les choses sont plus compliquées que cela car il s’agit de batailles d’assurances, mais passons les « détails ».

Ce jugement sonne le glas du système de conventionnement classique signé entre un comité département FFME et le propriétaire du SNE (Site Naturel d’Escalade, le spot quoi …), déchargeant la propriétaire du site de toutes responsabilités liées à la pratique de l’escalade, qu’il soit un particulier, une société ou une collectivité. En effet ce jugement fera probablement jurisprudence, d’ailleurs la fédé croit peu en l’appel porté au jugement et a d’hors et déjà gelé la signature de nouvelles conventions.

Cette nouvelle situation remet complètement en question les responsabilités en cas d’accident et donc forcément les modalités d’accès à nos falaises préférées du territoire français. Qui est responsable si vous tombez au sol en cassant une prise lors du clipage du troisième point? Vous-même on serait tenter de croire en toute logique et bonne foi. Pourtant dans le contexte actuel la FFME sera tenue comme responsable si le site est conventionné, le propriétaire du terrain si le site ne l’est pas. La situation est intenable. Après une première interview aux réponses souvent succinctes donnée à Fanatic Climbing (voir le lien), le président de la FFME, Pierre You, vient d’envoyer un email à tous les licenciés, expliquant la situation actuelle et les pistes pour sortir de l’impasse (voir ce lien). Evolution législative, transmission du pouvoir de signer les conventions à des instances départementales bénéficiant d’un régime de responsabilité
civile pour « faute prouvée » sont ces pistes (là encore je fais court, lisez le communiqué pour plus de détails).

Certes le sujet de cette article est rébarbatif au premier abord mais ESSENTIEL car il touche directement notre LIBERTE DE GRIMPER et l’AVENIR DE NOTRE PRATIQUE DE L’ESCALADE SUR DU VRAI CAILLOU. Cessons d’être des simples consommateurs car on voit bien dans la « vraie vie » à quoi cela nous même… La démocratie ça part d’en bas, intéressez-vous, donnez votre avis, agissez! Le plastique et l’olympisme c’est bien, mais les fondements de notre activité ne sont pas là. La grimpe c’est dehors surtout!

Vidéo: Jakob Schubert dans « Bügeleisen Sit » 8c

Voici enfin la vidéo de Jakob Schubert dans « Bügeleisen Sit », un bloc autrichien en 8c dont il a réalisé la deuxième ascension en avril 2015.
Ce bloc mythique et magnifique a été ouvert en 2001 par Klem Loskot avec un départ debout pour une cotation en 8b+, avant que Nalle Hukkataival n’ouvre le départ assis en 2014.

Vidéo: Caroline Ciavaldini dans la voie Petit au Grand Capucin

L’ex-compétitrice Caroline Ciavaldini réussissait durant l’été 2016 l’ascension en libre de la voie Petit au Grand Capucin (3838m, massif du Mont Blanc). Equipée par Arnaud Petit en 1997, cette voie de trad avait été libérée pour la première fois par Alex Huber en 2005, pour 450m de grimpe en 8b max.

Vidéo: « La Liste » avec Jérémie Heitz

Plusieurs vidéos de ski de grande qualité sont sorties cette semaine. « La Liste » sort pourtant du lot et fera date c’est certain. Le valaisan Jérémie Heitz franchit un nouveau palier en skiant 15 pentes raides du massif du Mont Blanc et du Valais, avec une vitesse mais aussi une fluidité nouvelles sur ce type de terrain. Inspiré des anciens comme Sylvain Saudan, Jérémie parvient à marier le freeride et la haute montagne avec cohérence et raison, montrant une maturité exemplaire. La frayeur au Combin de Valsorey est y pour beaucoup certainement…

Je vous invite également à vous rendre au Groënland et en Alaska en visionnant les excellents films que sont « Guilt Trip » de Salomon TV et « Crossing Home: A Skier’s Journey | Series Finale » par Arc’teryx. Les voici ci-dessous.

The Movie : la Fête du Spit !!!

fete spit mollans

Le 15 octobre était organisée par Greenspit (www.greenspit.com), la première Fête du Spit, dont voici un aperçu en images. Au delà du port d’un slip vert, l’idée était de partager le plaisir de grimper sur du vrai caillou, de se poser quelques questions sur l’avenir de la grimpe en extérieur, pour finir par une bonne petite soirée arrosée et tortillante.
A suivre car le sujet est vaste et les problématiques assez préoccupantes…

Vidéo psicobloc: Jernej Kruder dans « Es Pontas »

Le compétiteur Jernej Kruder répétait en octobre 2016 la mythique « Es Pontas » de Chris Sharma à Majorque, après précisément 39 essais. Comme Chris, Jernej ne se risque pas à donner de cotation précise, étant donné le caractère spécifique du jeté… et du tapis de réception. Evidemment on est dans le 9 quelque chose.
Accompagnant Jernej, l’allemand Jan Hojer n’était pas loin de la troisième réussite de cette king line, mais aura manqué de temps et de chance avec les conditions météorologiques. Tous deux sont des compétiteurs de bloc de haut niveau, ce qui aide énormément pour réussir le jeté du premier crux, et ce qui confirme une fois de plus l’avant-gardisme de Sharma qui avait réussi cette voie en 2006 (voir vidéo ci-dessous).