Vidéo: voie Rhem-Vimal aux Droites

Voici une vidéo de 3 grimpeurs du GMHM répétant en libre et à la journée la voie Rhem-Vimal dans le face nord des Droites (4001m, Massif du Mont Blanc). La première réalisation en libre de cette voie a été réussie par le regretté Eric Doizeau en mars 2009 (voir topo), en tête et à vue, accompagné de Ben Guigonnet et Damien Tomasi.

Quelques jours après le GMHM, Mathieu Maynadier et Mathieu Détrie reprenaient à leur tour cette voie. Quelques mots de Mémé Maynadier:
« La difficulté n’est pas extrême en comparaison de ce qui se fait maintenant, par contre libérer à vue ces quatre longueurs en 2009 c’est impressionnant, Eric avait fait très fort! Je peux te dire que nous sommes sortis bien fatigués des 4 longueurs dures, et pourtant nous avions des infos et nous les avons grimpées en réversible.
En tout cas c’est une voie magnifique, qui se fait bien dans des conditions sèches comme nous avons en ce moment en montagne. Le GMHM a mis en place des relais sur pitons dans le bastion pour descendre en rappel depuis le sommet. Cela permet une descente rapide même si elle reste délicate. »

Le récit de l’autre Mathieu:
www.simond.fr/blog/voie-rhemvimal-face-nord-des-droites-par-mathieu-detrie-b_2689

Moniteur/coach/entraineur escalade, ouvreur de voies, community manager, journaliste, skieur, blogger.

Brèche Puiseux, 25 février 2017 #peaupow!

Après une première moitié de saison calamiteuse, que ça fait du bien de faire du bon ski. J’avais déjà fait la traversée de la Brèche Puiseux (voir cet article), mais alors là les conditions de ski sur le Glacier du Mont Mallet étaient juste fantastiques!
Seul petit bémol, il faut prendre le train du Montenvers pour rentrer à Chamonix. On croise les doigts bien fort pour de grosses chutes de neige durant la semaine prochaine. Et évidement les glaciers sont très moyennement bouchés, alors on garde la corde toujours à portée de main, encore plus que d’habitude.

Voir les conditions sur Camptocamp:
www.camptocamp.org/outings/856537/fr/breche-puiseux-traversee-w-greater-e-par-les-glaciers-des-periades-et-du-mont-mallet

Moniteur/coach/entraineur escalade, ouvreur de voies, community manager, journaliste, skieur, blogger.

Nouvelle ouverture aux Pélerins: « Les Flammes de l’Enfer » par Jeff Mercier

Toujours aussi actif, le spécialiste du mixte Jeff Mercier a ouvert « Les Flammes de l’Enfer » (85°, M7) en face nord de l’Aiguille des Pélerins (3318m, massif du Mont Blanc). C’est dans cette face que se trouve la mythique « Beyond Good and Evil » (voir vidéo). L’ouverture s’est déroulée sur 5 journées durant la fin décembre, accompagné de Bastien Lardat, Lucien Boucansaud et Xavier Cailhol, après une tentative avec Fabien Dugit durant l’automne 2015.

Jeff raconte:
« Le projet initial, plutôt ambitieux, était de tracer une ligne sortant droit au sommet de l’Aiguille des Pélerins. Nous avons buté au pied d’un dièdre encombré de blocs instables, qu’il aurait fallu protéger sur spits pour décaler la corde en cas de chute de pierre. Ma démarche était d’ouvrir une voie logique, sans spits et sans chercher à passer à tout prix. Finalement nous sommes donc redescendus pour ouvrir une ligne qui croise Beyond puis la rejoint. Plus haut, au dessus de Beyond, le terrain se couche et présente moins d’intérêt.
Les Flammes est une voie logique, technique et naturelle. Elle peut se faire en une grosse journée. Rien n’est en place, même pas les relais, sauf dans la dernière longueur où nous avons laissé 3 pitons. La descente se fait en rappel par Beyond. »

Le site web de Jeff:
jeffmercier.blogspot.fr
La page Facebook de Jeff:
www.facebook.com/jeffmercieralpinist

Moniteur/coach/entraineur escalade, ouvreur de voies, community manager, journaliste, skieur, blogger.

Eloge de la faiblesse chamoniarde

img_0001

Après l’habituelle chute de neige précoce de novembre qui a fait durcir les kikis, le foehn, la sécheresse, les inversions de températures et la pollution épouvantable les ont fait rentrer promptement dans leurs coquilles. Le temps soit de nous plaindre du manque de neige, soit de pauser les choses pour réfléchir à la situation actuelle, et surtout à celle qui nous attend à moyen terme. Et le temps à Chamonix, Dieu sait si on en manque!

Plus dur, plus rapide, plus raide,… toujours plus et quand on est pas à 100% dans le mouv’ de la trépidante vie chamoniarde, on étonne parfois, suscitant l’interrogation quand par exemple:
– On attend quelques jours que la neige fraîche se tasse pour aller dans certains coins.
– On a peur en montagne par risque 3 d’avalanche.
– On déchausse les skis pour enlever ses peaux.
– Tu vas pas ou peu skier en Italie quand la neige manque du coté français.
– On a une doudoune dans le sac à dos (t’inquiètes je te la prête si tu te fais un genou), et de la bouffe.
– On fait des courses qui sont dans la liste sans pour autant préparer l’aspi.
– On fait des courses en chaussons alors que « ça passe en grosse ». Mais l’Arête des Papillons en chaussons c’est du 2…
– Tu prends le temps de regarder le paysage depuis la passerelle avant de descendre l’arête.
– Tu attends que la cordée précédente ait retiré son dernier rappel avant d’installer le tien, la dernière benne est dans 1h30 et tu es large.
– Tu es « bon » grimpeur mais tu as peur en glace et tu ne vois pas l’intérêt de faire du dry.

Un aveu de faiblesse ou simplement une volonté de savourer, plus que de se goinfrer? Chacun son point de vue, mais personnellement je dirais: soyez faible, profitez, appréciez, et bonne année!

Moniteur/coach/entraineur escalade, ouvreur de voies, community manager, journaliste, skieur, blogger.

Vidéo: Caroline Ciavaldini dans la voie Petit au Grand Capucin

L’ex-compétitrice Caroline Ciavaldini réussissait durant l’été 2016 l’ascension en libre de la voie Petit au Grand Capucin (3838m, massif du Mont Blanc). Equipée par Arnaud Petit en 1997, cette voie de trad avait été libérée pour la première fois par Alex Huber en 2005, pour 450m de grimpe en 8b max.

Moniteur/coach/entraineur escalade, ouvreur de voies, community manager, journaliste, skieur, blogger.

Topo alpinisme: arête SW du Pic Sud de la Font Sancte

font sancte

Vars (05) est une station de ski franchement tournée vers le freestyle et le « tout canon », mais pas que. Le Val d’Escreins, sur la même commune pourtant, est heureusement préservé de tout ça, un peu trop même car la route d’accès ouvre très tard au printemps et il faut alors porter longtemps les skis avant de chausser … jamais content!
Le « massif » de la Font Sancte dans son ensemble est un joyau de wilderness accessible par plusieurs versants, un paradis de la randonnée à ski, à pied, de la grimpe (secteurs de la Saume) mais aussi de l’alpinisme facile (et oui le Pic Nord culmine à 3385m).

L’arête SW du sommet sud est une belle ligne logique qui se parcours aisément sur une longue journée, pour peu que l’on apprécie les heures de marche contemplatives. Enfin contempler point trop il ne faut, car parfois le rocher est carrément pourri et il vaut mieux surveiller où l’on pose le pied. D’ailleurs je tenais à préciser à Alpisud que nous n’avions pas trouvé les 10% de rocher excellent, une autre fois peut être!
Ceci dit l’ambiance là haut est terriblement belle. Ne vous laissez pas décourager par nos récits terrorisant, on en rajoute tous un peu pour se faire passer pour des alpinistes.

topo arete sw font sancte

Dénivelé:
1600 mètres positifs.
Horaire:
Compter dans les 10h aller-retour.
Difficulté:
La course est cotée F+ en bonnes conditions (complètement sèche ou alors en neige transformée sûre à cramponner). Les difficultés sont concentrées sur les derniers 200 mètres en rocher souvent pourri, cette section devient délicate avec de la neige fraiche.
Matériel:
Casque, baudrier, corde de 30 mètres, sangles. Piolets, crampons souvent indispensables, voir même quelques petits coinceurs si la sortie est fraichement enneigée.
Refuge (optionnel):
Refuge de Basse Rua (www.refuge-basserua.fr).
Itinéraire de montée:
Suivre le chemin jusqu’à l’Oratoire puis continuer à monter sur une sente en direction de la Font Sancte. Au point 2685 contourner une zone de barres par le droite (cairns) et joindre le col 3078 (sente dans des éboulis ou névés). On peut également passer par le point 2795 en contournant les barres par la gauche.
Suivre une sente escarpée sur la gauche (W) de l’arête la plupart du temps, jusqu’à une brèche à droite du gendarme 3174. Et là il est temps de s’équiper.
Descendre 5 mètres versant nord de la brèche, traverser quelques mètres et remonter une cheminée sur la droite. Remonter une vire raide sur 10 mètres pour ensuite traverser à gauche et rejoindre le haut du couloir jusqu’à son sommet. Sortir à gauche par une cheminée pourrie pour rejoindre un petit plateau sous le sommet. Par des dalles faciles mais expo, et en rocher bien moyen, gagner le sommet.
Itinéraire de descente:
Idem, demandant de la prudence jusqu’à la brèche.
Voir les conditions de notre sortie sur Camptocamp:
www.camptocamp.org/outings/811505/fr/pic-s-de-la-font-sancte-arete-sw

arete sw font sancte val escreins

Moniteur/coach/entraineur escalade, ouvreur de voies, community manager, journaliste, skieur, blogger.

Topo alpi facile et sauvage: traversée des Avoudrues

traversee avoudrues

Les Avoudrues sont probablement plus gravis en ski de rando qu’à pied, en s’arrêtant au sommet 2625. Pourtant la traversée du sommet principal jusqu’à la Pointe de Bellegarde est une superbe course d’alpinisme facile et panoramique.
A chaque fois le lac des Chambres est différent. Il peut être en eau, gelé, avec des icebergs flottant ou posés au fond car toute l’eau c’est infiltrée dans le sol calcaire. On ne le découvre qu’au dernier moment, à la sortie des Eaux Froides. Après le lac on rejoint et on remonte le glacier du Folly, réduit à peau de chagrin, mais qui cette année heureusement ne semble pas avoir trop souffert, même si ce n’est qu’un répit. Un glacier dans les Alpes à si basse altitude c’est exotique non? Puis il est temps de déambuler sur cette crête panoramique avec le Massif du Mont Blanc au loin, le Cirque du fer à Cheval et les grandes étendues sauvages de la Vogealle et de Folly à portée de main, surplombant l’alpage de Salvadon.
Amateurs de solitude, de wilderness, ne ratez pas cette course oubliée même par les hauts savoyards (je ne parle même pas des « chamoniards ») et arrêtez vous au refuge du Folly. L’accueil de Charlotte et Tendi vous comblera (l’estomac entre autre), et vous donnera lui aussi probablement envie de revenir pour d’autres courses sauvages dans le Haut Giffre. Ya de quoi faire et le début d’automne est idéal…

Dénivelé:
Dans les 1600 mètres suivant le parking de départ.
Horaire:
1h30 pour monter au refuge, 3h pour le sommet des Avoudrues, 1h pour traverser à la Pointe de Bellegarde. Pour la descente minimum 3h (jusqu’à la voiture) suivant l’itinéraire choisi.
Difficulté:
PD mixte, 5a max mais court et spité qui passe en tire-clous. Rien de bien dur mais il faut le pied un peu alpin et s’assurer en mouvement sur une arête. Attention à l’horaire pour les conditions de neige (corniches) en début de saison.

Matériel:
Bonnes chaussures de rando, piolet, crampons (à sangles suffisants), baudrier, 3 sangles, corde 30 mètres, 3 dégaines, descendeur et quelques mousquetons à vis, casque.
Refuge (optionnel mais fortement conseillé):
Refuge du Folly, www.refuge-du-folly.fr.

Itinéraire de montée:
Du lac des Chambres remonter le « glacier » du Folly puis joindre la brèche évidente (voir photo ci-dessus) par de l’escalade facile. De cette brèche grimper un court mur spité vers l’ouest avec un relais à son sommet, puis atteindre facilement le sommet principal des Avoudrues. Revenir en arrière, descendre ce mur par un petit rappel. Continuer vers l’est sur l’arête, on tombe rapidement sur un ressaut raide de 10/15 mètres qui se descend en rappel ou par une corde fixe qui était en place lors de notre passage. La suite jusqu’à la Pointe de Bellegarde est beaucoup plus facile (on peut se décorder si on a l’habitude du terrain à chamois).

Voir également le topo de Camptocamp (www.camptocamp.org/routes/55235/fr/les-avoudrues-traversee-avoudrues-pointe-de-bellegarde)
Itinéraire de descente:
Depuis la Pointe de Bellegarde, soit revenir au refuge par le Grand Névé (le plus court), soit descendre sur Salvadon par la Boîte aux Lettres, soit (beaucoup plus long) traverser le col des Chambres, puis Pas à l’ours, Vogealle et Pas du Boret.

Voir les conditions de notre sortie sur Camptocamp:
www.camptocamp.org/outings/806530/fr/les-avoudrues-traversee-avoudrues-pointe-de-bellegarde

Pour terminer de vous convaincre voici un petit timelapse, pris du sommet vers le sud, avec les gnôles qui passent devant le sommet du Mont Blanc.

Moniteur/coach/entraineur escalade, ouvreur de voies, community manager, journaliste, skieur, blogger.

REEL ROCK TOUR 11 la bande annonce

Le Reel Rock Tour revient en France pour sa onzième édition dès le 10 octobre (voir les dates).
Au programme 5 films avec Ashima Shiraishi dans le 8c bloc à quinze ans, Will Stanhope et Matt Segal dans les Bugadoos, Brette Harrington qui marche dans les fissures, Mike Libecki aventurier et papa, et pour finir en beauté Sean Villaneva O’Driscoll, Ben Ditto et les frères Nico et Olivier Favresse à l’assaut des big walls du grand nord.

Moniteur/coach/entraineur escalade, ouvreur de voies, community manager, journaliste, skieur, blogger.