Noeuds de jonction pour rappels: quelles conclusions?

En mai 2021, grimper.com (lien ici) relatait un accident de rappel imputé au nœud de jonction des brins. Le nœud se serait défait. Ce drame a renforcé la chasse à l’ EDK (european death knot, soit le “noeud européen de la mort”). Ce terme vient des USA (voir ce lien par exemple) pour dénoncer l’utilisation du nœud de huit de plein poing pour rabouter (relier) deux cordes de rappels. Le nœud de pécheur double étant désormais peu utilisé, en raison des risques de coincement plus élevés qu’il implique lors du tirage des cordes.

Ensuite, beaucoup de choses ont été écrites à ce sujet, comme ici, ou encore . Tout le monde n’est pas d’accord, certaines informations peuvent même être contradictoires si on fouille sur les moteurs de recherche. Un peu comme la confusion entre le nœud de prussik, le machard et le nœud français. Sauf que les conséquences d’une erreur dans le cas du raboutage de deux brins de rappel peuvent être immensément plus soudaines et graves !

Il me semblait utile de revenir sur le sujet afin de partager clairement ce qui est désormais conseillé par différents organismes (que cela soit définitif ou pas). Voici donc ce qui préconisé par l’ENSA (voir l’article et l’étude), confirmé par le CREPS AURA et quelques fabricants. Je vais faire des copiés-collés pour que l’info ne soit pas déformée.
J’ajoute les photos des différents noeuds à la fin de cet article.


Quel(s) nœud(s) utiliser pour rabouter deux cordes de rappel ?

Selon l’ENSA :

“Nous avons testé les deux nœuds les plus courants : le nœud simple de plein poing et le nœud en huit de plein poing.
Tous les nœuds doivent être énergiquement serrés, en tirant sur chaque brin.
Le brin sortant doit mesurer au moins 30 cm. Dans ces conditions le nœud simple de plein poing et le nœud en huit de plein poing sont parfaitement adaptés pour descendre en rappel de manière classique.

Ceci a été confirmé par le CREPS AURA pour le nœud de huit de plein poing (organisme formateur des DE escalade en milieu naturel), via un mail du SNAPEC (l’un des syndicats des moniteurs d’escalade) destiné aux professionnels :

« Nous enseignons le huit de plein poing avec les mêmes préconisations que celles de l’ENSA. Ce nœud présente toutes les garanties de sécurité dans la mesure où l’on respecte scrupuleusement les 2 conditions de réalisation : brin libre suffisant (30 cm voire 40 cm minimum) + serrage brin à brin. Rien de nouveau. Pas de retour d’accidentologie non plus et en tout cas pas d’éléments suffisamment précis sur les exemples invoqués. »

« Je précise que nous parlons bien du nœud de jonction entre 2 brins de rappel de même diamètre. »

Selon Petzl (info transmise par le SNAPEC), pour la cordelette RAD LINE uniquement:

« Le nœud simple, avec le brin libre assez long (30cm), présente une résistance suffisante, se défait assez facilement après utilisation et semble se coincer moins que les autres lors du rappel de la corde : il est donc recommandé pour la jonction de deux brins de Rad line.

Remarques :
– Le nœud n’a pas été testé lorsqu’il est en butée sur le maillon de rappel.
– Le nœud n’a pas été testé lors de la jonction de deux brins de corde de diamètre différent.
– Les tests ont été réalisés uniquement sur la cordelette RAD LINE.

Attention, le comportement du nœud en 8 peut être très différent selon qu’il est bien ou mal réalisé, bien ou mal serré. Il est aussi souvent assez difficile à défaire après utilisation. C’est pourquoi le nœud simple semble plus rassurant dans cet usage. »

Nous pouvons donc utiliser au choix sur l’un des deux nœuds, tant qu’il est très bien serré sur les quatre brins avant la mise sous tension et qu’un minimum de 30cm de corde “dépasse” du nœud après serrage. Sans jamais oublier malgré tout que la descente en rappel restera toujours une manœuvre délicate, pouvant rapidement se compliquer quand une corde est trop courte, se coince, etc. Je peux vous former pour tout ça (voir ce lien).


Le cas particulier de deux cordes de diamètres différents

Dans certaines situations on peut être amené à rabouter deux cordes de diamètres différents.Il s’agira souvent d’une corde d’attache avec un corde de hissage. Voici les infos données par le fabricant Beal concernant le noeud à utiliser dans ces situations. Ces infos m’ont été fournies par le SNAPEC.

Selon Beal:

« Si pour un expert sûr de sa technique il est possible de se contenter d’un seul nœud simple nous faisons le choix de la sécurité avec deux nœuds accolés. En cas de début de glissement du premier nœud il vient en butée sur le second assurant une tenue excellente. L’encombrement reste réduit et l’on conserve tous les avantages de cette manière de faire, par exemple la plus forte chance d’éviter l’accrochage sur un relief comme avec un pêcheur double. »


Pour ma part, je reste sur deux noeuds simples accolés dans toutes les situations, sauf quand le risque de coincement est grand. Mais avec beaucoup de précautions et vigilance!

Fred Vionnet

Coach escalade en Haute Savoie. Pas contre une grande voie non plus. Mais on va à Céüse, Fontainebleau, Buoux ou encore les Gorges du Verdon quand vous voulez.

Fred Vionnet has 1017 posts and counting. See all posts by Fred Vionnet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.