1 mars 2024
Conseils entrainement escaladeEscaladeMes sorties

[RETOUR D’EXPERIENCE] Utiliser un capteur de force pour la rééducation d’une poulie

Vous avez peut-être déjà lu cet excellent article sur aporteededoigts.com, rédigé par le kinésithérapeute Julien Remillieux. Il concerne les blessures et la rééducation des poulies.
Je voulais apporter mon expérience par rapport à la phase de remodelage présentée dans l’article. Une phase que j’ai réalisée grâce au capteur de force Tindeq Progressor durant l’été dernier. Elle faisait suite à une rupture partielle de poulie à l’annulaire gauche que j’ai bêtement contractée à la fin mai 2023 (voir cet article).


Le protocole que j’ai utilisé

Durant cette phase de remise en charge progressive, de remodelage, j’ai réalisé des phases de “tirage” de 10” avec 10” de repos, 10 fois de suite, via la fonction “repeaters” du Tindeq. Je réalisais souvent cet exercice 2 fois par jour. Parfois une seule fois. En commençant 10 jours après la blessure (en gros, la phase 1 dans l’article de Julien).

Vous remarquerez que Julien préconise :
– (7s main gauche, 7s main droite, 7s de repos) x 5 à 10 répétitions
– 2 à 3 séries avec 5 min de repos

Soyons plus précis à propos du terme “tirage” que j’emploie dans ce contexte. Mon annulaire était en position arquée (voir la photo plus bas) et statique. J’effectuais l’effort de traction au niveau du coude. Souvent en position debout, parfois assis avec une sangle sous le pied. Et donc l’ajustement de la force de tirage se faisait au niveau des muscles fléchisseurs du coude.

L’intérêt d’un capteur connecté

reeducation rupture poulie escalade tindeqVoilà je pense ce qui est à retenir de cet article. La technologie permet de travailler avec précision et progressivité. On est concrètement impliqué dans le processus ce qui rend la frustration et l’impatience beaucoup plus simples à gérer.

J’ai réalisé ces séances sans strappal. Je m’appliquais à ne pas ressentir une douleur au doigt de plus de 3/10 (évidemment c’est subjectif et personnel) durant l’exercice. Si la douleur du doigt en le mobilisant simplement ou en arquant le bord de la table (…) devenait plus forte le lendemain, je faisais machine arrière en diminuant la charge de 0,5kg ou 1kg. Le tout étant noté dans un tableau excel afin de ne pas faire de bêtises.
Si la douleur pendant et après l’exercice restait stable, je conservais la même charge.
Quand l’exercice ne provoquait plus aucunes douleurs et/ou semblait facile, j’augmentais la charge de 0,5kg. Progressant ainsi par paliers, débutant à 2kg pour finir à 4,5kg. Je suis ensuite passé à des exercices à 4 doigts s’apparentant de plus en plus à de l’entrainement classique.
En parallèle, je m’appliquais plusieurs automassages par jour. Avec ou sans huiles essentielles.

Neuf semaines après la blessure, je pouvais grimper dans tous les styles de voie avec du strap, et m’entrainer (avec le Tindeq ou sur une poutre) sans strap. Evidemment, je restais dans une phase de reprise, avec beaucoup de prudence. Mais le plus dur était fait.


L’utilisation d’un capteur précis (Tindeq, SmartBoard, ou autres) m’a offert un énorme apport psychologique pour accepter, soigner et revenir de cette blessure. Je ne l’ai pas ressentie comme une punition m’imposant d’être fataliste, résigné et attentiste. J’ai été un acteur efficace de ma guérison en m’organisant simplement, en écoutant mon corps et en croisant ce ressenti avec des données objectives. Même si évidemment, le mieux est de ne pas se blesser aux doigts (voir cet article).

Précisons qu’en cas de blessure, ou même douleur, il faut impérativement consulter pour avoir un diagnostique médicale précis, pour ensuite être accompagné… Ce que je n’ai pas fait car ma poulie n’a pas claqué, que j’avais mon dos à gérer, et que je me blessais trop souvent aux poulies quand j’étais plus jeune et moins expérimenté. Je connaissais la musique mais j’ai désormais plus d’instruments! Alors ça me fait plaisir de partager cela avec vous. N’hésitez pas si vous avez des questions.

Cette nouvelle technologie est-elle indispensable pour un grimpeur qui s’entraine ? Je dirais que de nous jours, oui. Et je ne parle pas que de retour de blessure. Mais on y reviendra, car énormément de choses sont à écrire et inventer sur ce sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.