DE escalade: le point sur la formation grandes voies en terrain d’aventure

Reparlons de l’altitude limite d’exercice des moniteurs BE/DE d’escalade, qui est de 1500m. Cet article, puis cette vidéo, ont provoqué beaucoup de réactions sur les réseaux sociaux. La grande majorité de ces réactions ont été positives (moniteurs d’escalade, guides de haute montagne, clients, etc), relevant l’incohérence de cette limite administrative politique.
La plupart des quelques réactions négatives étaient plus ou moins formulées en un “passes le guide” qui n’apporte rien au débat, qui est hors sujet. Il a par contre été évoqué que la formation des moniteurs d’escalade (DE “escalade en milieu naturel) ne serait pas suffisante pour l’encadrement en terrain d’aventure (escalade trad, avec équipement à compléter) sur plusieurs longueurs.

Ayant validé mon diplôme au siècle dernier, je me suis donc dit qu’il serait intéressant que j’étudie les contenus de la formation actuelle à ce sujet pour valider ou invalider cet argument. J’ai contacté Jean-Noël Crouzat, coordinateur et formateur de la formation escalade au CREPS de Montpellier.
Très disponible, Jean-Noël m’a envoyé les critères d’admission à la formation, les modalités de sélection à l’entrée en formation, ainsi que les contenus et certifications. J’ai donc épluché tout ça, et c’est dense.


La liste de voies à présenter pour l’épreuve d’entrée en formation

Afin de pouvoir s’inscrire à l’épreuve d’entrée en formation, le futur moniteur doit présenter une liste de voies réalisées.
Parmi celles-ci, sont demandées :
– 8 voies en « terrain d’aventure »de 200m minimum et de niveau TD+ pour les hommes et TD pour les femmes
– Une voie de 400m minimum d’un niveau TD pour les hommes et les femmes (très souvent réalisée au-dessus de 1500m d’ailleurs).

Les candidats sont interrogés sur cette liste lors d’un entretien.

Les modules de formation concernant m’encadrement en grandes voies “terrain d’aventure”

Je ne vais pas tout reprendre ici, car jamais vous n’irez au bout de cet article. En effet, la gestion de la sécurité et de l’encadrement en grandes voies trad sont très largement abordés lors de la formation. Cela comprend d’ailleurs l’évolution à corde tendue et anneaux à la main, la cartographie ainsi que la météorologie (UC4).
La formation est ponctuée de 7 épreuves de certification dont la réussite permet de se présenter à l’examen final.

Vous pouvez télécharger ici le dossier de présentation de la formation, avec les différents modules.

Rentrons tout de même plus dans les détails :

Module 3.2 Pédagogie haute falaise (56h)
Voici une partie des compétences enseignées:
– Choix et préparation de course (matériel et fond de sac).
– Sécurisation de l’approche, lecture d’itinéraire.
– L’ensemble des techniques de progression en corde à double en terrain d’aventure.
– Construction et organisation des relais, de la cordée.
– Communication en grandes voies.
– Réaction à l’imprévu.
– Rappels.

UC4 (266h)
Voici les 4 modules composant cette UC, avec les grandes lignes:
– Module 4.1 – Terrain d’aventure (91h)
Toutes les bases de le la progression et de l’assurage en terrain d’aventure sont approfondies.
Cartographie et météorologie.
Escalade artificielle.
– Module 4.2 – Prévention des risques, assistance et secours (39h)
Accidentologie et risques.
Premiers secours, messages d’alerte.
Réchappes et techniques d’intervention sur personne blessée.
– Module 4.3 – Encadrement en itinéraire d’envergure (101h)
Préparation de course et des clients.
Encadrement des élèves sur des sites de grandes voies « TA » de 200 à 400m avec redescente
en rappel.
Evolution en corde tendue et anneaux à la main.

– Module 4.4 – Equipement et technologie (35h)
Le matériel et les techniques d’équipement.


La conclusion est limpide: les moniteurs d’escalade sont très bien formés à l’encadrement en grandes voies en terrain d’aventure, quelque soit l’altitude, tant que l’on ne s’aventure pas sur un glacier. Préparation de course, évaluation des clients, techniques d’assurage et de progression, météo, secours, … toutes ces compétences permettent de revendiquer une abrogation de la limite d’altitude. Nous nous bâterons pour ça et d’autres actions vont suivre.
Mon seul bémol concernant la formation concerne paradoxalement l’escalade sportive. Selon moi, le niveau demandé est désormais trop faible par rapport à l’augmentation du niveau général des pratiquants. Nos clients sont de plus en plus exigeants et nous sollicitent pour progresser. Avec ce type de clientèle, il faut de solides bases techniques. Le niveau de « 6c/7a » à vue demandé pour accéder à la formation me semble un peu trop bas.

Merci à Jérôme (jerome-chambard-escalade-haute-savoie.com) et Gianluca (ggrimpe.com) pour m’avoir aidé dans les différentes prises de contact. Un pouce vers le bas pour les formateurs qui n’ont pas souhaité répondre à nos sollicitations.
Et désolé pour ceux qui enragent car je ne réagis pas à leurs coups de canif sur les réseaux sociaux ;). Je ne réponds qu’aux commentaires postés sur mon site. Ce n’est pas pour faire du clic, c’est seulement que j’ai mieux à faire. Pour faire des clics, y’a plus rapide et efficace! Les vidéos d’Ondra ou de « run’n jump » par exemple… Mais pour ça il faut connaitre l’escalade.

Fred Vionnet

Coach escalade en Haute Savoie. Pas contre une grande voie non plus. Mais on va à Céüse, Fontainebleau, Buoux ou encore les Gorges du Verdon quand vous voulez.

Fred Vionnet has 1016 posts and counting. See all posts by Fred Vionnet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.