22 juillet 2024
Conseils entrainement escaladeEscaladeTests matériel, nouveautés et lectures

Test de la plateforme de force Entralpi

J’ai découvert l’existence sur le web de la plateforme de force Entralpi (entralpi.com) en décembre 2020. Je me souviens même, en débutant la rédaction de cet article, que les frères Mawem l’avaient mise en avant sur une vidéo Youtube (voir la vidéo). Mickaël s’intéressait à cette nouveauté pour l’entrainement de l’endurance. Je ne sais pas si ce qui en a découlé… en tout cas je n’ai jamais eu de réponse à mon commentaire sur ce sujet !

Trois ans en arrière, c’était une réelle avancée technologique, et pratique. Enfin un appareil abordable et transportable ! Car à cette époque, les plateformes de force étaient encore onéreuses et réservées aux laboratoires de recherche ou aux centres d’entrainement fédéraux. L’autre option était d’acheter un dynamomètre et de savoir programmer pour en contrôler les données.
Je découvrais donc enfin une possibilité simple de m’entrainer précisément sans me pendre du poids à la ceinture, ainsi que la possibilité des tester mes grimpeurs dans différentes salles de grimpe. Une poutre, une barre à traction et je pouvais m’en sortir.
La visio avec Félix, le très sympa québécois porteur de ce projet, finissait de me convaincre. J’ai donc commandé et utilisé cet outil pendant une année environ. Voici mon retour, fortement teinté de déception malheureusement.


C’est quoi le plateforme Entralpi? Et quels en sont les avantages ?

L’idée est toute simple. La plateforme Entralpi, c’est un pèse-personne auquel tu te connectes en bluetooth. Installé sous une poutre ou une barre à traction, tu peux ainsi contrôler de combien de kilogrammes tu t’allèges en tirant sur une prise (à une main), ou des prises (à deux mains). Il s’agit d’un entrainement du type overcoming (je tire sur la prise). Alors que nous nous entrainions traditionnellement et exclusivement en yielding (je me pends sur la prise, puis éventuellement je tire, c’est à dire je tracte) à cette époque. Je ne vais pas m’étendre plus aujourd’hui sur ce sujet très technique. J’en reparlerai une autre fois probablement. Pour les anglophones et passionnés, cet article de trainingbeta.com vous permettra d’en savoir plus.

Un retour en direct sur “combien je tire sur la ou les prises” permet de réaliser des séances à différentes intensités ciblées. C’est extrêmement intéressant. L’intensité choisie pour l’entrainement étant un pourcentage du “maximum que je peux tirer sur la ou les prises” : La force maximale que nous qualifions d’une valeur de 100%.
Ce contrôle des valeurs se fait via la connexion à son compte client sur le site web de Entralpi ,dans la partie “the app” (en fait ce n’est pas une application, nous y reviendrons).

Sur “the app” tu trouveras différents types d’exercices variés et intéressants :
Test de force maximal.
Test de “profile de mains” pour détecter la faiblesse de certains doigts. C’est intelligent et novateur. Pour ma part je fonctionne en préhension pour détecter les points faibles, et pas en isolant les doigts. Je devrais aussi utiliser cette méthode mais cela prend beaucoup de temps.
Exercices de développement de la force maximale, de l’endurance de force, et de l’endurance (passons sur les termes qui sont sans cesse propice à discussion, ce n’est pas le sujet).
– Et même une fonction “échauffement”. Ce qui est pertinent.

Tu as accès à toutes tes séances et à des données statistiques (un logbook). Tu peux aussi créer tes propres exercices avec des fonctionnalités pratiques et graphiquement agréables à mettre en place et ensuite à utiliser. Mais selon moi, cette “app” est malheureusement très très perfectible…

Les problèmes avec la plateforme Entralpi…

“The app” n’est pas aboutie

L’interface est donc graphiquement réussie. Suite aux échanges avec son enthousiaste concepteur, j’attendais par contre que ses défauts soient corrigés à court ou moyen terme. J’ai été fortement incité à donner mon feedback sur son fonctionnement pour de futures améliorations. Et pourtant rien n’a bougé en trois ans.

L’utilisation des données entre le test de force et les séances “clé en main” ne me semblait pas pertinente. En voulant créer mes propres exercices, je rapidement tombé sur des limites très gênantes :
– Pour placer une seconde de repos entre 2 séries, tu cliques une fois. Pour placer 2 minutes, et bien du cliques 120 fois … bonjour la perte de temps !
– Pour régler ta charge de travail que ce soit en kilogrammes ou en pourcentage, tu ajustes par paliers de 5 … de 5% ou de 5kg. C’est très imprécis et on perd tout l’intérêt de la technologie utilisée.

Je passe certains problèmes d’instabilité en cours d’utilisation, pourquoi pas. Par contre, quand mon compte n’a plus fonctionné durant plusieurs semaines, et que le “support” ne prenait pas le temps de me répondre, je n’étais pas content du tout !

Pas d’appli pour les smartphones… malgré les promesses

L’application GooglePlay ou AppStore n’est jamais miraculeusement apparue. Sur certains smartphones, tu peux t’en sortir avec une bidouille que j’ai oubliée. Une bidouille pour utiliser la plateforme directement depuis le navigateur web du téléphone. Cela n’a jamais fonctionné sur mon téléphone.
Ce qui veut dire que pour utiliser la plateforme, il me faut passer par un ordinateur portable. Et avoir accès à une connexion wifi, ou un réseau 4G correct ! C’est compliqué dans une salle de grimpe, dans de nombreuses salles de grimpe. Tu dois connecter ton ordi au web via un partage de connection sur ton smartphone, tout en connectant la plateforme au téléphone via le bluetooth. Bonjour l’usine à gaz… Sans l’annonce d’une appli imminente, je ne me serai jamais lancé là dedans.

Un objet encombrant

La plateforme est donc simplement un pèse-personne. Lourd et encombrant. Impossible de l’avoir dans le sac toute la journée pour t’entrainer le soir à la salle avant de rentrer à la maison. Ce n’est vraiment pas un concept d’entrainement transportable facilement. 


Voici donc un bilan très négatif. Mais j’aurai patienté 3 ans avant de le publier. Ce qui me semble un délai honnête pour permettre des améliorations. Investir dans une plateforme Entralpi n’a plus aucun sens actuellement avec l’arrivée dans notre milieu de capteurs de force (Tindeq, Pitch Six) et de poutres connectées (Smartboard, Alcyde, Climbro). Même au niveau financier, cela n’est pas valable (la plateforme Entralpi m’aura coûté 160€ port compris, plus 45€ de frais de douane) par rapport aux capteurs actuels.
Dommage, c’était novateur mais il aurait fallu aller au bout des choses. Avec une application disponible sur un smartphone et une amélioration des fonctionnalités, je continuerais probablement à l’utiliser chez moi. Mais au moins, j’ai un pèse-personne !
Entralpi aura été un précurseur, mais pas plus. J’en veux pour preuve groupe Facebook dédié qui transpire le désarroi…

J’utilise actuellement beaucoup le Tindeq pour l’entrainement en force. Avec de très bons résultats. On en reparle dans quelques semaines. Je partagerai avec vous mes méthodes d’utilisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.