Ultra-entraînement, oui mais…

Les vidéos d’entraînement en escalade sont fréquentes et David Lopez vient de publier la vidéo finale d’un cycle d’entraînement suivi par les espagnols Edu Marin et Dani Andrada sous la houlette de Patxi Usobiaga (voir chapitre 1 et chapitre 2). Patxi, ancien compétiteur de haut niveau (un sacré palmarès d’ailleurs) est réputé par l’énorme volume d’entraînement qu’il s’imposait, et semble à nouveau s’imposer du coup. Il suit également Adam Ondra et l’a guidé vers son incroyable doublé champion du Monde de bloc/champion du Monde de difficulté en 2014 (voir ce post du 17 sept 2014). Le français Rémy Bergasse est également passé à la “moulinette Patxi” cet hiver (voir ce post) et a atteint son objectif aux derniers championnats de France de difficulté: se qualifier pour les finales et être sélectionné en Equipe de France.

Deux choses m’interpellent dans cette série de vidéos de David Lopez:

– S’entraîner beaucoup, à outrance même, cela peut être bénéfique mais le corps doit être prêt, le moment de l’année choisi intelligemment et l’intensité très bien adaptée. A une époque où on pousse par mode (?) la pratique du sport vers l’ULTRA (j’ai déjà parlé de ce sujet), il me semble que le volume d’entraînement pour un sport traumatisant et intense comme l’escalade ne peut en aucun cas être comparé à celui qu’un sportif de niveau moyen peut supporter lors de la pratique d’un sport d’endurance comme le vélo ou le trail-running.
Les grimpeurs s’entraînent pour la plupart d’entre eux de manière désorganisée sans planification (on le voit bien quand on travaille en salle…), gare aux blessures et sur-entraînement pour ceux qui s’infligeront une “moulinette Patxi” sans savoir où ils vont!

– Ce qui me rassure par contre, c’est que la dernière vidéo finit sur le rocher, avec de belles images tournées à Siurana. Il était temps car après leurs 300 séances de pan Gullich, Edu et Dani grimpent vraiment comme des patates en broyant les prises à 2 à l’heure (si je peux me permettre…).
Pourquoi s’entraîne t-on? Pour être plus fort à l’entraînement ou pour vivre des moments forts sur un bloc, une voie de compet, un projet après travail sur mur ou falaise et concrétiser tous les efforts et sacrifices?

En tout cas vivement que le gars ci-dessous retourne dans Action Directe!

Fred Vionnet

Coach escalade en Haute Savoie. Pas contre une grande voie non plus. Mais on va à Céüse, Fontainebleau, Buoux ou encore les Gorges du Verdon quand vous voulez.

Fred Vionnet has 947 posts and counting. See all posts by Fred Vionnet

Une pensée sur “Ultra-entraînement, oui mais…

  • 6 juin 2015 à 11:03
    Permalink

    faut voir combien de temps est passé entre cette vidéo et les autres, comment était structuré leur cycle… si c’était pendant ou peu après une période de grosse charge, pas étonnant qu’ils soient un peu pateux!

    sinon toute la série est “dangereuse” si regardée sans recul et/ou le meme niveau de base des trois, je suis bien d’accord.
    Il suffit de voir comment patxi insiste pour qu’ils arquent les lattes du pg comme des chiens rageux pour comprendre le ton…dans la philosophie “bien s’entrainer c’est aller tout proche de la blessure, sans pour autant y arriver”.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.