Escalade à Kalymnos: la véritable histoire des cotations

Escalade à Kalymnos: la véritable histoire des cotations
4 (80%) 4 votes

Me faufilant dans les rues bondées de Chamonix un samedi après midi de février, sur qui je tombe? Voilà ce bon vieux Zephyr Tirsurlakroutos! Je n’ai pas vu Zephyr depuis 10 ans au moins, lors d’un (trop) rapide passage à Kalymnos. Nous avions eu néanmoins le temps de sympathiser et de passer quelques bonnes soirées, car en soirée Zephyr est très très sympathique!. Nous nous étions ensuite rapidement croisés à Rodellar.
Discret (sauf en soirée donc), Zephyr est l’un des pionniers du développement de l’escalade sur l’île pré-citée. On l’a également vu traîner son perfo et sa Vespa du côté de Lenidio, Geyikbayiri, et donc occasionnellement Rodellar.
En ce neigeux weekend chamoniard, Zephyr porte, comme d’habitude, un short. Ses 8 enfants sont en cours collectifs de pleurs en jardin d’enfants enneigé. Nous avons deux heures devant nous pour refaire le monde et nous consacrer à la deuxième passion de Zephyr après le plantage de spits: le vin chaud!

Après quelques dégustations, j’hésite à repasser rapidement à la maison pour enfiler moi aussi un short, mais Zephyr lâche LA bombe (je vous épargne l’accent grecque):escalade kalymnos
“Tu sais Fred, je dois t’avouer quelque chose… concernant les cotations sur l’île… Quand on a équipé les premiers secteurs avec Yannis, nous avons donné des cotations d’escalade normale, comme on avait l’habitude de le faire depuis toujours. D’ailleurs tu m’as déjà vu grimper avec un pantalon??
Rapidement les premiers touristes sont arrivés, des allemands, des anglais, et des français, surtout des français. Au niveau éthique c’était pas ça et les gars marchaient dans nos projets, les pulvérisant à vue, mais en coinçant les genoux tous les deux mètres! On faisait pas le même sport, ils avaient faussé les règles de notre jeu et on avaient carrément les nerfs.

On a alors intégré un double système de cotations dans la deuxième édition du topo. Pourtant les grimpeurs ne retenaient jamais la vraie cotation alors qu’ils grimpaient comme des phasmes! Les scores de 8a.nu ont encore accentué la notoriété de l’île et en discutant avec le maire de Massouri, Adrastos, un cousin, nous avons dû choisir entre deux solutions: interdire les pantalons sur l’île ou privilégier le business en gardant le système de cotation original … sans pouvoir interdire les coincements de genoux!
Vu l’essor économique que nous apportaient ces vagues de chauves-souris habillées en chambre à air, le choix de la raison a été vite fait…
Maintenant je regrette ce choix, jamais je n’aurais imaginé que nous avions ouvert la porte à toutes les fenêtres et que cette hypocrisie se répandrait dans tout le pays et même ailleurs. Je me dis que nous aurions dû imposer notre vision des choses et que la beauté du rocher aurait fait le reste.”

Ahahah toujours aussi drôle ce Zephyr, et toujours aussi naïf également. La beauté du rocher qui passerait avant la cotation? J’en rigole encore. Et c’est même Adam Ondra qui le dit, coincer les genoux, ça rend la voie plus facile. Allez je passe le flambeau à Pirmin, qui doit pas trop aimer le vin chaud lui.

Fred Vionnet

Entraineur escalade, ouvreur de voies, community manager, journaliste, skieur, blogger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.