Ski de pente raide, le Linceul aux Grandes Jorasses

Ski de pente raide, le Linceul aux Grandes Jorasses
Donnez une note à cet article

ski linceul grandes jorasses yann borgnet

Certaines pentes raides sont mythiques, certains itinéraires d’alpinisme sont légendaires, parfois ces deux catégories se rencontrent pour compléter encore la liste des descentes exceptionnelles réalisées durant cet “hiver” 2016. Le 25 mai Yann Borgnet, Jean-Yves Fredriksen dit “Blutch” et Charles Dubouloz ont réalisé la deuxième descente (?) du Linceul en face nord des Grandes Jorasses. Cette pente suspendue a été pour la première fois gravie du 17 au 25 janvier 1968 par René Desmaison et Robert Flematti, dans la tempête mais avec un suivi radio en direct (voir cette vidéo TVmountain)! Puis Jérome Ruby en surf et Sam Baugey à ski osèrent la glisser en mai 1995.

Yann raconte:
“Je suis rentré de Jordanie le 1er mai. Après trois semaines de grimpe dans le désert, les skis étaient rangés mais les conditions exceptionnelles de ce printemps étaient trop tentantes. Le 20 mai je skiais le couloir des Italiens à la Grande Casse avec Hélias Millerioux et Charles Dubouloz. Je ne suis pas un spécialiste du ski de pente raide mais avec de telles conditions on ne peut pas résister à l’appel des faces nord!
Skier le Linceul est à la base un projet de Blutch. Il l’a tenté au début du mois avec Sam Beaugey mais les chutes de pierres dans les goulottes du bas les ont fait renoncer. Je me suis retrouvé au dernier moment dans cette aventure avec Blutch et Charles qui partaient pour une nouvelle tentative.
Nous sommes partis à 2h00 du matin du refuge de Leschaux. L’approche a été rapide et efficace, ce qui permet d’oublier le stress et les mauvaises pensées de la courte nuit. Les goulottes étaient bien remplies mais le gravier déposé sur la pente de neige au pied laissait présager des chutes de pierres. Effectivement, après les quatre ou cinq premières longueurs, le canardage a commencé. Blutch a d’ailleurs le pouce cassé après avoir reçu une pierre dessus. Nous avons accéléré en essayant de faire les relais à des endroits les plus protégés possible, puis on a pu se décaler sur la gauche pour être à l’abri. En arrivant au début de la pente ce n’était pas très engageant, avec une neige pas homogène, une alternance de zones poudreuses mais également de neige dure. Nous avons tiré une longueur supplémentaire, mais Blutch, qui est le plus expérimenté de nous trois, ne le sentait pas. Charles a dit « on laisse les cordes et on va voir ». Finalement en repérant bien à la montée, en faisant même parfois deux traces différentes pour bien tester la pente, nous avons pu skier de la bonne neige poudreuse quasiment tout le long. Puis le temps s’est bâché, il s’est mis à neiger, nous avons subi beaucoup de spindrifts durant les rappels, mais heureusement plus de chutes de pierres.
J’ai beaucoup skié cet hiver pour préparer le test de ski de l’aspi. Néanmoins je suis loin d’être un spécialiste du ski de pente raide, je dirais que la pente est à 50/55°, sans pouvoir être plus précis car la neige était vraiment bonne à skier, pour une cotation de 5.5 probablement. La pente est courte, trois cent mètres environ, mais il faut d’abord grimper une dizaine de longueurs en goulotte pour l’atteindre et c’est très impressionnant de se lancer sur les skis. C’est Blutch qui a posé le premier virage dans une ambiance tendue. Pour moi le premier virage a été très difficile, il était de mon mauvais côté et il fallait parvenir à se concentrer totalement malgré le manque de sommeil, la fatigue et la monotonie de la montée. Cela ne semblait pourtant pas si compliqué en regardant la pente avec les crampons au pied. Puis je me suis détendu et au dixième virage j’étais complètement concentré, je n’étais plus le même skieur. En solo à ski tu oublies tout et tu vis à fond l’instant présent, j’adore être dans cet état de conscience.

Dernière minute, les italiens Francesco Civra Dano et Luca Rolli ont réalisé la deuxième descente à ski de la voie Major sur le versant Brenva du Mont Blanc, 37 ans après Stefano Debenedetti. Encore une réalisation majeure! Plus d’infos sur le site web de Luca: www.lucarolli.com.

La page Facebook de Yann:
www.facebook.com/yannborgnet
Le site web de Jean-Yves Fredriksen:
parabondance.blog.free.fr

Fred Vionnet

Coach escalade, ouvreur de voies, community manager, journaliste, skieur, blogger.

Une pensée sur “Ski de pente raide, le Linceul aux Grandes Jorasses

  • 30 mai 2016 à 08:37
    Permalink

    Bravo Messieurs ! Je pratique beaucoup le ski de randonnée , un peu de pente raide mais cela semble assez plat par rapport à votre affaire, j’essaye de suivre l’activité sur les sites de ski de rando et j’ai beaucoup apprécié votre récit et vos images, surtout celles des potes heureux en bas de la voie, belle maîtrise avec un engagement maximal et un choix opportun du jour malgré des prévisions qui ne s’annonçaient pas des plus stables il me semble. Portez vous bien et bonne continuation, merci pour votre partage. Patrick.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *