Nouvelle voie mixte à la Tête de Biselx, Trient

Nouvelle voie mixte à la Tête de Biselx, Trient
Donnez une note à cet article

Nouvelle voie mixte à la Tête de Biselx, Trient

Simon Chatelan nous parle de son ouverture en mixte à la Tête Biselx (Trient, Suisse):

“La tête de Biselx est un beau monolithe de granite avec une face nord haute de 300m qui surplombe le glacier du Trient et culmine à 3509m. Elle se trouve sur la partie suisse du massif du Mont-Blanc et est assez méconnu car aucun téléphérique ne désert ce coin de paradis. Ainsi, les 4 heures d’approches en font un lieu bien préservé et oblige à un bivouac ou une nuit à la cabane du Trient (à 45min de l’attaque), ce que je recommande d’ailleurs, Olivier, le gardien se fera un plaisir de vous décrire les itinéraires tout en buvant un petit génépi.
En avril 2016, j’avais déjà ouvert une nouvelle ligne de mixte-dry moderne avec David Pache sur la gauche ; « Full dry for Love » 260m, avec neuf longueurs soutenues jusqu’au M7+. Il nous avait fallu une douzaine d’heure réparti sur deux jour pour ouvrir ce bijou. Ici, Le rocher est assez fissuré et donc propice au dry tooling sur coinceurs et friends.
C’est tout naturel qu’une année après cette ouverture, je souhaitais ouvrir une nouvelle ligne dans le même style et cette même face. J’avais repérer auparavant un immense dièdre-cheminée sur la droite et un système de fissure avec une ou deux vires en contrebas. Mars et Avril sont les meilleurs périodes pour envisager une escalade, avec une approche à ski plus ou moins rapide et une descente express. Après plusieurs échecs pour trouver un compagnon de cordée, une date et un bon créneau météo. Je me décide de partir seul le 7 avril 2016. Je fais les 1400m de dénivelé pour atteindre la cabane avec plus de 25kg de matériel.
Le Samedi 8 avril à 5h45 je passe la rimaye et attaque la première longueur, directement en rocher un peu délité. Au lever du jour, je remonte la pente de neige jusqu’au pied des fissures qui mènent au dièdre-cheminée. Je fais deux longueurs en dry soutenu d’une trentaine de mètre chacune. À 11h je suis au pied de cette immense fracture. La progression se passe bien même si je dois à chaque fois redescendre la longueur pour enlever les protections et récupérer le relais d’auto-assurage. La longueur du dièdre cheminée est technique mais moins dure que prévu. A 12h, je bute sous un toit, c’était le point sombre de la voie, je n’étais pas sûr de pouvoir grimper cette longueur en libre. Après 30 min de pause, j’attaque le toit par la traverser en libre puis remonte des écailles déversant. Puis avec le tirage de l’auto-assurage et le manque de prise de pied je décide de finir la longueur en escalade artificielle, j’estime le passage à M8+/M9 peut-être en libre. Une fois sortie des dévers, la longueur terminale est une belle fissure qui mène à l’arête puis jusqu’au sommet. Arrivées 15h. La descente se fait en deux rappels de 50m en face E puis par le couloir Copt 45°. 1h00 pour rejoindre le sac et 1h00 pour rejoindre la voiture.

Le nom de la voie, « Misanthropie I-conique » vient du fait qu’après plusieurs tentative pour trouver quelqu’un et le désistement m’ont poussé à ouvrir en solitaire cette voie. Cela faisait un moment que je n’avais plus grimpé en solitaire des longues voies. Par contre j’ouvre beaucoup de voie de dry en solitaire dans de gros toit.”

Descriptif de la voie
Misanthropie i-conique 300m M7+ A2 ou M8+ ??
Chatelan Simon en Solitaire le 08.04017
Attaquer à gauche des dévers par une fissure rampe en oblique à droite, puis droit en dessus, passer un bloc coincé dans une fissure large (M6). Remonter la pente de neige à 45° puis remonter la plus fine fissure légèrement sur la droite jusqu’ à une bonne vire (M6+). Continuer une fissure-dièdre sur la droite, puis contourner un ressaut par la gauche pour arriver au pied du grand dièdre caractéristique(M7). Escalader le dièdre-cheminée jusqu’à buter sous un toit(M6+). Traverser vers la gauche, puis remonter des écailles en ascendance à gauche avant de sortir droit en dessus dans la dalle avant une petite vire (M7+ A2). Suivre une belle fissure qui raye la dalle terminale jusqu’à l’arête 40m (M6). Escalader un dernier dièdre pour rejoindre le sommet par l’arête (5b)
Descente
La descente se fait en deux rappels de 50m en face E puis par le couloir Copt 45°
Matos
Corde double 60m, 2 sets 0-2 + 3 + 4

Fred Vionnet

Coach escalade, ouvreur de voies, community manager, journaliste, skieur, blogger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *