DEHYDRATATION TOUR DAY 3&4, grimpe à Bostan

pointe chamois bostan

Après 2 jours sur du granit dément, certes (voir « Cache-cache » et la Lépiney au Trident), mais à serrer les fesses sur des ponts de neige et à voir le massif du Mont Blanc s’effondrer comme un château de carte, l’idée de continuer ce cycle intense de déshydratation en haute montagne devenait moins séduisante. Bien attaqués par une nuit pas réparatrice dans le court-bouillon de la vallée, l’idée de se diriger vers la moyenne montagne semblait plus attirante, avec une probabilité de finir avec les reins comme des cailloux fort alléchante.

Avec sa longue montée, le vallon de Bostan s’est révélé une destination parfaite pour finir lyophilisé (16° au col à 23h00, 2290m), surtout en tombant en rade de gaz le soir alors que toute l’eau qui fond des névés s’échappe dans ces maudits lapiaz.
Bref, j’arrête de me la jouer Edrink TV… le haut du vallon de Bostan propose des voies sur la Pointe de la Golette, sur le versant sud des Dents Blanches, ou encore dans la face ouest de la Pointe des Chamois, là où nous avons grimpé (tout est sur le topo Giffre Risse Foron). Nous avons plus l’habitude de trainer dans ces coins magnifiques et reculés avec les skis de rando ou les baskets, mais pourtant on peut y pratiquer de la belle escalade. Une montée à la journée pour une seule voie peut sembler fastidieuse (3 bonnes heures d’approche), mais en dormant au refuge de Bostan (www.refugedebostan.com), ou en bivouaquant au col ou dans la petite cabane versant suisse (anticiper les besoins en eau donc), le déplacement est nettement rentabilisé.
Nous avons grimpé « Hachement Zen » et « Circonstances exténuantes », certes ce n’est pas le Verdon mais certains passages sont bien classes, plus particulièrement dans « Hachement ».

Voir le CR sur Camptocamp :
www.camptocamp.org/outings/649733/fr/pointe-des-chamois-hachement-zen

Verti-call, entretien avec son fondateur

Eric verti-call

Dans quelques jours, le site web Verti-call (www.verti-call.com) sera en ligne. Cette plateforme d’organisation de sorties en escalade (mais aussi canyoning, spéléologie, slackline, …) semble très prometteuse. Plutôt que de parler des fonctionnalités qu’elle proposera, j’ai préféré faire connaissance avec Eric Hatesse, un passionné de grimpe qui dévoue toute son énergie et ses moyens à son beau projet.

Fred Vionnet : Salut Eric, peux tu te présenter rapidement ?
Eric Hatesse : J’ai 35 ans, je suis commercial et je vis sur Lyon. Je grimpe depuis une dizaine d’années, beaucoup plus régulièrement en extérieur depuis que j’ai bougé de Paris à Lyon.
FV : Comment t’es venue l’idée Verti-call ?
EH : En arrivant sur Lyon je ne connaissais pas de grimpeur, je faisais surtout du bloc en salle au Mur De Lyon car j’avais du mal à rencontrer d’autres grimpeurs pour la grimpe avec corde. En découvrant la rubrique des petites annonces du site web de la salle j’ai réussi à m’intégrer facilement dans la communauté, à connaître des gens. Je me suis rendu compte que ce petit monde s’organisait très bien pour programmer des sorties en extérieur, via Facebook principalement. Et puis une fois nous avions programmé un weekend de cette manière pour finalement nous rendre compte au dernier moment qu’aucun d’entres nous ne disposait d’une voiture pour assurer le déplacement. On a bien galéré pour se réorganiser au dernier moment et j’ai ainsi commencé à réfléchir à une solution pour organiser tout ça plus facilement…
FV : Comment vois-tu l’avenir de Verti-call ?
EH : Je ne sais pas du tout. C’est clair que j’ai investi beaucoup de temps, d’argent et d’énergie. Si une communauté se crée et fonctionne, sans être énorme, je serai déjà super content et satisfait, l’idée n’est pas de gagner de l’argent.

Evidemment Verti-call recherche des partenaires (on n’est pas au Bouthan…).
Vous pouvez suivre Verti-call sur Facebook : www.facebook.com/verticalltribe

verti-call.com

DEHYDRATATION TOUR DAY 2, voie Lépiney, Trident du Tacul

voie lépiney trident du tacul

Après une nuit moyenne (quasiment pas de regel donc de l’humidité dans la tente, fortes rafales de vent sur la fin de nuit), un petit déjeuner frugal (2 gorgées d’eau et quelques biscuits, on n’a pas de gaz…), nous voilà cette fois-ci partis pour une vieille voie historique, la Lépiney au Trident du Tacul. Contrairement au tracé relativement rectiligne de «Cache-cache», on suit cette fois-ci les lignes de faiblesses en s’entortillant (ssshshhs) autour de ce magnifique sommet pointu dont l’élégance restera à jamais moderne.
Groug (www.faceauvide.com) fait tout en tête et ne se perd pas une seule fois, je me laisse guider en profitant, et en regrignotant rapidement « du sec » sur les premières longueurs histoire de reprendre de l’énergie. La dernière partie de la voie est sans contestation la plus belle, au soleil, avec un granit orange de cinéma, agrémenté de knobs sur le haut. C’est sûr, je referai la Lépiney un jour.

Infos et conditions sur la voie sur Camptocamp :
www.camptocamp.org/outings/649457/fr/trident-du-tacul-voie-lepiney

DEHYDRATATION TOUR DAY 1, “Cache-cache” Pointe Adolphe Rey

installation tente combe maudite chamonix mont blanc

Du temps libre, une canicule écrasante et inquiétante, je contacte mon vieux pote Steph Groug (www.faceauvide.com) pour prendre de l’altitude et grimper à la fraîche. Groug, l’homme qui n’a jamais faim ni soif (il faut dire qu’on avait oublié la cartouche de gaz, alors c’est pratique), qui peut avoir froid (pour camper à 3300 il vaut mieux s’habiller un minimum et éviter les jeans troués), et qui repart de plus belle dans sa boulimie sportive 2 mois après l’installation d’une nouvelle hanche bionique.

On prend la benne de l’Aiguille (du Midi) et les oeufs panoramiques pour rejoindre le Combe Maudite depuis Helbronner et installer la tente. Après une traversée assez stressante de ponts de neige tous mous en rive gauche, nous voilà en début d’après midi au pied de “Cache-cache” à la Pointe Adolphe Rey.

Cette voie équipée par le regretté Romain Vogler et un ami en 1989 a été rééquipée, c’est tout simplement un bijou d’escalade trad sur un granit exceptionnel. Elle peut se faire facilement à la journée plus tôt en saison en l’approchant à ski. A pied en aller-retour depuis l’Aiguille ça marche aussi en étant efficace.
Mes impressions sur les 6 longueurs qui sont toutes *** voir ****:
– L1, 6a avec un spit au départ puis des fissures faciles à protéger mais pas si simple à grimper
– L2, 5c, une première fissure facile mais improtégeable au début, puis un spit et de l’escalade jolie sur fissures pas très raides
– L3, 6c sur un granit orange superbe, escalade plutôt à doigt sur petits grattons (pas de la dalle de joueur de flûte traversière), pas si dur avec des bons chaussons et de la magnésie sur les prises (c’était le cas pour moi), bien équipée, ne pas s’engager sur la fissure évidente pour atteindre le relais mais passer sur des bacs à gauche du bombé, la sortie se protège bien
– L4, un bon 6c en dièdre et fissure, placements pas évidents et pieds parfois bien pourris, j’étais en second pour celle-ci mais en tête il faut bien gérer pour enchaîner, ça se protège bien avec des petits et moyens Camalots
– L5, grande longueur côté 6b pour l’ensemble, je dirais 6a à protéger au début, puis début du dièdre du haut en 6a à protéger, pour sortir en 5c/6a spité (fissure large)
– L6 RAS, cotée 5b mais vaut 4c sur un granit incroyable, entièrement spitée.

Plus d’infos sur la voie et les conditions sur Camptocamp:
www.camptocamp.org/outings/649039/fr/pointe-adolphe-rey-cache-cache

Vidéos: du 9 avec Amma et Siegrist

Une vidéo simple mais authentique de l’incroyable série de croix de Sachi Amma cet hiver en Espagne (7 voies de 9a à 9b sur 3 semaines) et une autre plus sophistiquée (le slow motion du crux est magnifique) avec Jonathan Siegrist dans “Le Cadre Nouvelle Version” (Céüse, 9a).
Dans les 2 cas des sacrés grimpeurs passionnés de caillou!

2 nouvelles grandes voies en Chartreuse

grande voie chartreuse rocheplane

Christine Gachet et Marc Malvotti nous dévoilent deux nouvelles grandes voies équipées par leurs soins en Chartreuse, sur les Pitons de Rocheplane. “Expérience Exigée” propose 150 mètre d’escalade en 6b max et 6a obligatoire (à confirmer) où quelques Camalots peuvent être nécessaire pour se rassurer si on est juste dans le niveau. “Spartiate Mania” est côtée TD- pour environ 170m en 5sup obligatoire.

A essayer à la fin de l’été, dès que les températures baisseront, n’hésitez pas à me communiquer vos impressions!

Le topo d’ “Expérience exigée”:
www.grimpispme.com/news/topo_experience_exigee.pdf

Le topo de “Spartiate Mania”:
www.grimpispme.com/news/topo_spartiate_mania.pdf

Contamine-Grisolle v2015, Mont Blanc du Tacul

mont blanc du tacul, chamonix

Je me souviens avoir parcouru la Contamine-Grisolle au Mont Blanc du Tacul tout en corde tendue, en discutant avec les copains, en avançant dans des marches pour un parcours à 99,99% en neige. Nous avions mis 1h30 pour l’ascension tout en sortant au sommet il me semble, sans “bourrer” particulièrement. C’était il y a 12/15 ans environ.

Dimanche cet itinéraire m’avez semblé bien blanc depuis le col du Midi (photo ci-dessus) et nous sommes partis confiants avec Grand Mik pour cette jolie voie. Tout c’est très bien passé malgré l’attente derrière 2 cordées pas super rapides dans les 2 premières longueurs, mais j’ai été très surpris par l’évolution du terrain. Il a fallu grimper dans du mixte, facile certes, mais tirer 2 longueurs en posant quelques protections dont des broches et des coinceurs, planter les lames dans la glace et poser les crampons sur quelques cailloux. D’ailleurs j’aurais dû prendre quelques coinceurs en plus pour installer des relais plus confortables. L’hiver a été peu enneigé, le printemps un peu plus à haute altitude, mais cette voie se fait elle encore parfois tout en neige? J’en doute…

Une super journée de retour à l’alpinisme pour nous, avec un sommet du Tacul qui offre une vue toujours aussi majestueuse sur le versant Brenva du Mont Blanc.

Plus d’infos sur l’itinéraire et les conditions sur Camptocamp:
www.camptocamp.org/outings/645554/fr/triangle-du-tacul-contamine-grisolle