Ski au Dôme des Glaciers depuis le refuge Robert Blanc

ski dome glaciers refuge robert blanc

Avec cet hiver qui pour notre plus grand bonheur s’est éternisé (pour les grincheux fallait sortir le short en décembre) et des grosses chutes de neige régulières depuis la mi-avril, l’enneigement est très bon en montagne pour une fin mai. Nous nous sommes glissés entre deux perturbations pour monter au Refuge Robert Blanc (refugerobertblanc.fr) dans la magnifique vallée des Chapieux.
Mardi 24 mai, on chaussait encore à 20 minutes de la voiture que nous avons du laisser au “Rocher” car la neige fraîche bloquait la route! La montée au refuge se fait dans une fournaise épuisante, pataugeant dans cette même neige. Heureusement c’est vite oublié grâce au super accueil d’Alicia et Olivier, les nouveaux gardiens qui auparavant tenaient le refuge de Plan Glacier.
Le milieu de la montagne est petit et comme souvent l’après-midi passe vite au soleil en discutant des copains que l’on a en commun, ou en accueillant d’autres copains déshydratés que l’on retrouve par hasard.

Le lever du jour est sublime, nous quittons le refuge à 6h00 alors que le soleil illumine progressivement la Vanoise, prenant la direction du Dôme des Glaciers (3592m) pour 900 mètres de montée en rive droite du glacier… des Glaciers. Tous les autres randonneurs poursuivent jusqu’à l’épaule de l’Aiguille des Glaciers, 100 mètres plus haut, nous préférons le Dôme car il est au soleil, abrité du vent, confortable. Pour être honnête j’en ai déjà bien assez, trimbaler les gros skis dans ces grands zigzags en neige dure m’a secoué, si je reskie ce printemps, ce sera en cure-dents!
Le panorama contemplé du Dôme est surprenant, en distance nous sommes proches de la maison, mais d’ici les perspectives sur le bassin de Tré La Tête ou encore les Aravis sont inhabituelles pour nous. Cela doit être encore plus sympa depuis l’épaule, car du Dôme on voit peu les Aiguilles de Tré La Tête et on aperçoit seulement le Mont Blanc qui fait son âne pour annoncer les pluies de la nuit prochaine.

Nous restons peu au sommet car il fait assez frais pour la saison, malgré l’ensoleillement et l’absence de vent. Mais surtout la neige est encore un peu croûtée et nous voulons la skier avant que cela ne soit un enfer. Ca porte assez bien en skiant léger finalement. Nous skions l’itinéraire classique en rive gauche, plus on se rapproche des Cabottes et plus la neige est dure, sans être gelée. Il faudrait attendre un peu, seulement plus bas on trouvera de la soupe. On continue tranquillement pour trouver un peu de moquette plus bas, le long du ruisseau des Cabottes, même si transition entre la neige dure et la neige très molle est parfois radicale. Nous sommes venus un jour trop tôt, il faudra revenir avec une neige plus transformée pour skier cet itinéraire magnifique dont la descente du Dôme au fond de la vallée fait dans les 1700 mètres de dénivelé, avec une belle ambiance glaciaire sur la moitié supérieure.

Un VidéoTOPO est en préparation, en attendant voici plus d’infos sur l’itinéraire sur Camptocamp:
www.camptocamp.org/outings/761244/fr/dome-des-glaciers-versant-sw-descente-rive-gauche

Vidéo: Jacky Godoffe, “The Master of Moves”

Pas mal de blablas pour cette vidéo promotionnelle de Black Diamond consacrée à Jacky Godoffe, bleausard légendaire, ouvreur international et entraîneur des équipes de France de bloc. Outre les belles images, je retiendrai surtout une phrase: “le bonheur est le meilleur moteur”.

Vidéo “Four Girls and a Matterhorn”: Liv Sansoz raconte

© Lorraine Huber

© Lorraine Huber

Le 5 mai 2016, Giulia Monego, Melissa Presslaber, Lorainne Huber et Liv Sansoz skient la face Est du Cervin par son itinéraire dit “classique”. Cet itinéraire a été skié la première fois le 14 mai 1975 par l’italien Toni Valeruz, puis le 6 juin 1980 Jean-Marc Boivin skiera la face par un tracé plus direct en partant d’une altitude plus élevée (épaule à 4200 mètres environ, voir cette photo sur skitour.fr). Vous pouvez voir plus bas sur cette page la vidéo de cette belle descente qui depuis a été reprise plusieurs fois sur le mois de mai (les filles donnent l’exemple!).

Liv raconte:
“Nous sommes parties du refuge à 4h00 du matin, le regel était bon, la neige facile à cramponner et nous avons sorti la corde uniquement pour passer la rimaye. Nous avions prévu de rester dans la face pour remonter le plus haut possible l’itinéraire de Jean-Marc Boivin mais nous avons buté sur un passage peu enneigé, avec des rochers à peine cachés sous une faible épaisseur de neige. Après être redescendues nous nous sommes décalées sur la droite pour nous arrêter vers 8h00 à l’altitude de 4100 mètres, ou à peine moins, sous un îlot rocheux. A 9h00 le soleil avait chauffé suffisament et nous avons pu profiter d’une bonne neige, même si les premiers virages étaient plutôt impressionnants!
Cette face est raide et magnifique à skier, mais ce que je retiendrai le plus c’est l’esprit dans lequel nous avons passé ces deux journées en montagne.
Je ne connaissais pas Lorainne et Melissa mais le courant est tout de suite très bien passé, nous étions toutes les quatre sur la même longueur d’onde à rigoler et partager, c’est bien là l’essentiel.”

Le récit complet de Liv sur son site web:
livsansoz.net/2016/05/20/quatre-filles-et-un-cervin/

Escalade Party 6ème édition, 4 juin 2016

escalade party vallogrimpe

L’association Vallo Grimp’ organise le samedi 4 juin la 6ème édition de son évènement Escalade Party. Au menu, contest de bloc au col des Montets, slackline, barbecue, concerts, tombola, cours de yoga, zumba … de quoi bien s’éclater!

Plus d’infos sur www.vallogrimp.fr.

Coupe du Monde de bloc de Mumbai: résultats et résumé

Vous étiez peut être en train de grimper dimanche après-midi et vous n’avez pas pu regarder le direct de la finale de l’épreuve de Coupe du Monde de bloc à Mumbai. Le streaming complet est toujours disponible en suivant ce lien, donc vous avez bien fait! Cette première compétition internationale d’escalade organisée en Inde a globalement été une réussite, avec un mur esthétique, des blocs spectaculaires, et un publique enthousiaste. Voici un résumé de la finale bloc par bloc, commençant par les filles. Les highlights en vidéo par l’IFSC sont disponibles en bas ce cet article.

result_femme_mumbai

F1 (Female 1, soit le premier bloc de la finale féminine)
Mélissa Le Névé entame les débats, et flashe facilement ce bloc assez basique avec des blocages de face. Sa, Noguchi et Nowaka font de même. Ca part bien pour Melissa qui est deuxième au classement général, alors que la première, Shauna Coxsey, ne s’est pas qualifiée pour la finale.
F2
Un bloc très dynamique mais où il faut gérer aussi l’équilibre. Seule Noguchi s’en sort en décollant de la prise bonus avec un mouvement de souplesse hallucinant (envoyade de pied droit très très lointaine sur une volume noir). Elle tombera deux fois au jeté final malheureusement.
F3
Voilà un passage très raide et physique, toutes les grimpeuses souffrent énormément. L’allemande Retschy met un bon essai, c’est tout.
F4
Restchy fait le bloc à vue, qui commence par un difficile jeté à 2 mains oblique sur un plat, puis se termine par un réta lointain. Nonaka le sort en quelques essais et arrache ici la victoire. Pour les autres il est temps d’éteindre les projecteurs.

La japonaise Miho Nonaka l’emporte devant Monica Restchy qui participait à sa première finale. Akiyo Noguchi complète le podium et Mélissa est au pied. Cela lui permet de se rapprocher au classement général mais derrière ça pousse aussi avec Noguchi et Nonaka.
Les blocs étaient variés et intéressants mais un petit peu trop durs, avec des concurrentes probablement fatigués par les tours précédents et la chaleur.

result_homme_mumbai

M1
Le spectacle commence sur les chapeaux de roues par un bloc à méthodes mais néanmoins physique et spectaculaire. Après le jeté du départ avec un sale balan à contrôler, il faut envoyer les pieds en premier en coincement entre deux volumes, pour ensuite coincer les mains entre ces deux même volumes et se retourner. Rubstov qui a très bien commencé cette Coupe du Monde 2016 semble très concentré, où alors tendu, en tout cas cela ne passera pas.
Jeremy Bonder souffre et souffrira sur les trois blocs suivant. Narasaki fait le bloc à vue et met la pression alors que Gelmanov et Chon tombent au dernier mouvement.
M2
Une saloperie de course sur des volumes sans les mains bien énervante amène à la prise bonus, puis un gros jeté à la sortie. Narasaki et son compatriote Fujii font le à vue facilement, Gelmanov et Bonder n’atteignent pas le bonus, les autres lâchent des essais.
M3
Un bloc assez classique, de face, physique dans un gros dévers avec un mouvement d’épaule bien violent sur un volume. Fujii lâche un essai alors que Narasaki semble fatigué et craque. Les russes serrent les dents et font le bloc après pas mal d’essais.
M4
La finale se termine par un bloc à sensations et équilibre. Rustov et Fujii font ce bloc au deuxième essai, Narasaki en concède plus. Gelmanov parvient à shunter le premier jeté latéral par une méthode statique mais tombe deux fois à la sortie.

Fujii l’emporte devant Narasaki, Rubstov complète ce podium derrière les deux japonais. Ce fut une très belle finale où chaque bloc a été réussi avec des styles variés. Il manque juste selon moi des plans plus rapprochés sur le streaming pour mieux appréhender la taille des prises et la réelle difficulté de certains mouvements. Au classement général de la Coupe du Monde, Fujii prend les commandes et Rustov se retrouve deuxième. De ce que nous avons vu ce weekend, le rester sera déjà une énorme performance.

Voir aussi ce résumé sur le site web de la FFME.
Dès le weekend prochain les hostilités reprennent en Autriche. Les athlètes vont tenter de récupérer le mieux possible avec un décalage horaire à gérer en bonus. Ce contexte peut provoquer des belles contre-performances mais l’escadron asiatique est effrayant!

Test prises Rokodromo

prise escalade rokodromo

Ces derniers mois nous avons souvent utilisé pour l’ouverture en blocs et voies des prises de la marque Rokodromo (www.rokodromo.com). Ce fabricant espagnol s’impose actuellement sur le marché avec une politique commerciale agressive, de la pub, des ambassadeurs comme Akiyo Noguchi ou Alban Levier, des prises sympas aux couleurs flashy, mais surtout des tarifs très bas (sans parler des coûts de transport qui sont très avantageux). Comparez par exemple ce volume Rokodromo Soft Moon à 44.95€ avec le VOL-P.001-M de Cheeta à 132.00€… incroyable non?

Il doit y avoir un truc, et effectivement il y a un truc qui s’appelle la qualité! Les prises Rokodromo fabriquées en PU (polyuréthane) sont sensées proposer un grain similaire aux prises classiques si on en croit le site web de la marque, un grain qui on nous l’assure, dure dans le temps. Malheureusement ces promesses sont loin d’être tenues, les prises Rokodromo se patinent très vite. Elles deviennent rapidement glissantes, de vraies savonnettes, autant sous la magnésie pour les prises de main que sous la gomme de chausson pour les prises de pieds. Après un premier lavage (produit adéquat + eau chaude), la prise redevient présentable pour une courte durée. Après le deuxième lavage les prises les plus plates restent glissantes car le grain est déjà partiellement usé!

Je vous déconseille donc l’achat de prises Rokodromo, ou éventuellement pour quelques prises rigolotes, sachant qu’en pensant économiser de l’argent, finalement vous en perdrez car la durée de vie de ces prises est très courte. Comme dirait l’autre, “ça coûte cher d’être pauvre”. Dans un sens c’est rassurant, la qualité a un prix car elle est liée à un savoir-faire et à une volonté de bien faire les choses sans prendre les gens pour des imbéciles. Ayant régulièrement travaillé avec les prises des fabricants ArtLine, Cheeta, Freestone ou Volx, je ne peux que vous conseiller d’aller voir chez eux.

Ski de rando: Terrasse et Cheval Blanc, 16 mai 2016

buet face ouest tré les eaux

Avec une poulie fragile, il est à peu prêt autant impossible de faire de la falaise en Haute Savoie que regarder TF1 plus de 10 secondes sans s’écrier “ils nous prennent vraiment pour des cons!”. Heureusement il reste encore beaucoup de neige en montagne, il fait frais, alors on se défoule sur les skis.

La route d’Emosson est ouverte depuis le weekend dernier et il était temps de faire le pèlerinage traditionnel au pylône “gzzzzz” de la Pointe de la Terrasse. Le lundi de Pentecôte étant également férié chez nos amis suisse nous n’étions pas seuls, mais c’est habituel sur cette sortie très classique. Au sommet à 9h40, surpris de la fraîcheur ambiante et les bonnes conditions, nous avons finalement traversé sous la Pointe à Corbeaux pour monter au Cheval Blanc par le col Vieux et sa face sud-est. Là encore il y avait pas mal de monde mais dans une très bonne ambiance, pour profiter d’un sommet singulier, sans vent et épargné des nuages, entre vallée du Giffre, Valais et Aiguilles Rouges. La descente fut excellente sur de la moquette jamais collante, les gorges de la Veudale n’avaient même pas décaillé sur le bas!

Vu les quantités de neige, il reste de quoi s’amuser dans la zone pour un moment.

Les condis sur Camptocamp:
www.camptocamp.org/outings/757467/fr/cheval-blanc-face-se-depuis-emosson-par-la-pointe-de-la-terrasse

Coupe du Monde de Bloc 2016: finales Mumbai en direct

Vivez en direct à 15h00 la finale de l’épreuve indienne (la première dans l’histoire des Coupes du Monde d’escalade) à Mumbai de la Coupe du Monde de Bloc 2016.

mumbai femmes coupe monde bloc

Chez les filles, la leader du classement général, l’anglaise Shauna Coxsey, n’est pas qualifiée. Cela peut permettre à la française Mélissa Le Névé de se rapprocher au classement général dans lequel elle est deuxième actuellement.

mumbai hommes coupe monde bloc

La donne est différente chez les hommes où les deux russes leaders du classement général, Alexey Rubstov et l’inoxydable Rustam Gelmanov sont bien présents. On compte sur Jeremy Bonder pour semer le désordre. Le vainqueur de la Coupe du Monde 2015, Jongwon Chon, participe à sa deuxième finale consécutive après un début de circuit raté.