VidéoTOPO ski: Dôme des Glaciers (73)

ski dome glaciers

Le versant SW du Dôme des Glaciers bénéficie des nombreux atouts d’une magnifique course de ski de rando en haute montagne de fin de saison (mi-mai est le mieux généralement). Une vallée longue et sauvage, un refuge agréable et bien placé, un parcours glaciaire facile mais esthétique pour atteindre un sommet confortable d’où l’on découvre une vue inhabituelle du bassin de Tré La Tête et du massif du Mont Blanc, et enfin une longue descente très skiante (1700m quasiment dans l’axe sans replat). Bref tout y est! De plus les dénivelés sont raisonnables et le deuxième jour on est tôt à la voiture. Le poids du sac peut être faible suivant la composition du kit de sécurité sur glacier que vous choisirez, mais attention il s’agit bien d’un itinéraire de haute montagne et vous skierez sur des ponts de neige.
Nous avons skié le Dôme les 24 et 25 mai 2016 (voir l’article) avec des conditions de ski moyennes (crouté sur le haut, béton plus bas). Je pense y retourner pour refaire cette descente en moquette, peut être en combinant un raid de plusieurs jours en utilisant les refuges des Conscrits, Tré La Tête et Elisabetta Soldini. Malgré tout cette sortie restera un bon souvenir partagé avec Dom et Christian, des retraités qui skient un peu à l’ancienne dans la croutée, mais sont très efficaces! J’espère que je ferai encore des choses comme ça à leur âge.

Itinéraire :
Pour la montée au refuge, suivre plus ou moins le chemin d’été en montant le plus haut possible en voiture (on atteint généralement la Ville des Glaciers à la mi-mai, contacter le refuge ou l’office de tourisme de Bourg Saint Maurice).
Du refuge, traverser en descendant légèrement vers le SE. Si l’enneigement est bon on suit le chemin d’été (gros cairn), ce qui évite de passer par le point 2592. Remonter ensuite facilement (couteaux si neige dure) la rive droite du glacier des Glaciers pour finir à gauche au Dôme après avoir longé la base de l’Aiguille des Glaciers (tracé trop à gauche sur la carte IGN Top 25 3531ET).
Pour la descente traverser progressivement le glacier, suivant les crevasses et petits séracs, pour le quitter en rive gauche vers 2800m. Longer les Cabottes jusqu’au fond de la vallée si l’enneigement est suffisant (à repérer la veille), ou s’échapper vers le ruisseau des Cabottes à 2300m si ces pentes sont déneigées.
Altitude mini :
Environ 1850m, selon le déneigement naturel de la route.
Altitude max :
3592m
Dénivelé positif :
Environ 900 mètres le premier jour, même chose le deuxième jour, suivant l’altitude de la fin de la traversée descendante au départ du refuge.
Horaire approximatif :
3 heures de montée chaque jour, 5 heures au total le deuxième.
Matériel :
Matériel de ski de rando habituel et matériel de glacier.
Difficulté et passages clés :
Rien de difficile techniquement (pentes à 30° maximum), se méfier des crevasses à la descente et de l’orientation suivant la visibilité. Bien repérer, à la montée le premier jour, le meilleur passage sous les Cabottes pour rejoindre le fond de la vallée le lendemain. Suivant l’enneigement des barres rocheuses peuvent être problématiques.
L’orientation du glacier des Glaciers n’impose pas un départ très tôt car le soleil arrive assez tard, de plus les Cabottes font de l’ombre quand le soleil tourne. Les pentes sont rarement à 30° et le risque d’avalanche est relativement faible. Attention tout de même aux coulées pouvant venir de la crête entre les col des Glaciers et du Moyen-Age, et à la sortie sous les Cabottes où la pente est plus forte entre 2500m et 2100m.
Attention également, en montant au refuge, au raidillon pour sortir dans la Combe Noire, qui est exposé au dessus d’une barre.

Variante:
Plutôt que de finir au Dôme, il est possible de monter à l’Epaule, 3700m environ, au pied (NW) de l’Aiguille des Glaciers. La pente finale est un peu plus raide.
Refuge Robert Blanc (refugerobertblanc.fr):
Le refuge est ouvert dès début mai sur réservation (la date d’ouverture du refuge dépend de l’ouverture des routes d’accès). Téléphone +33 (0)4 79 07 24 22 (saison) ou au +33 (0)6 81 13 69 75 (hors-saison), mail info@refugerobertblanc.fr.
Plus d’infos sur Camptocamp:
www.camptocamp.org/outings/761244/fr/dome-des-glaciers-versant-sw-descente-rive-gauche
www.camptocamp.org/routes/45543/fr/dome-des-glaciers-versant-sw-voie-normale

Moniteur/coach/entraineur escalade, ouvreur de voies, community manager, journaliste, skieur, blogger.

VidéoTOPO ski: autour du refuge du Viso, Queyras, 18 au 20 avril 2016

Nous avons passé 3 superbes journées à skier autour du refuge du Viso du 18 au 20 avril. Ce bout du monde queyrassin sans 3G ni wifi est très calme et reposant. Plusieurs sorties de difficulté et dénivelé modérés sont à portée de main, alors que les plus acharnés pourront se diriger vers l’Asti ou même le Tour du Viso qui d’après Paul, le gardien, peut se faire à la journée depuis le refuge, moyennant 2300m de dénivelé. Il vous fera un plaisir de vous expliquer ce parcours dans ce secteur qu’il connait comme sa poche et adore.
En marge des itinéraires classiques beaucoup de petits couloirs et de petites pentes esthétiques permettent de s’amuser. Nous nous sommes contentés d’un rampe à la Pointe Joanne, la chute de neige la veille de notre arrivée ainsi que le vent soufflant pendant cette chute et les deux jours suivant cette chute nous ont dissuadés de trop jouer…
Les lieux sont également très propices à la rando estivale, au trail, à l’escalade en grandes voies et aux traversées d’arête.

mont viso queyras

ACCES AU REFUGE DU VISO (refugeduviso.ffcam.fr)

C’est long et plat si vous pouvez aller en voiture jusqu’à la Roche Ecroulée (2h30/3h), voir très long (3h30/4h) si la route est fermée à l’Echalp! Heureusement le parcours est beau et facile, même si il faut se méfier des coulées en cas de mauvaises conditions (beaucoup de neige fraîche et/ou forte chaleur). Globalement en cas de doute préférer la rive droite du Guil, particulièrement juste avant le belvédère du Viso. La vallée se rétrécit à cet endroit et le passage en rive droite, plus haut, est plus sûr que le passage sur le bord du torrent en rive gauche.

ROCA DEL CASTELO (2957m), EN ALLER-RETOUR PAR LA MONTAGNE DE MOTTE

Voilà un joli petit sommet qui se skie rapidement en aller-retour depuis le refuge, parfait pour se dégourdir les jambes après la montée au refuge par exemple.

Itinéraire :
Du refuge du Viso descendre en traversée plein S jusqu’au point 2418.
Mettre les peaux et se diriger en traversée WNW pour rejoindre la Montagne de Motte à gauche du pt 2600.
Ensuite suivre des combes peu inclinées vers le SE pour rejoindre le sommet W juste avant le sommet principal.
Altitude mini :
2418m, le creux du vallon sous le refuge.
Altitude max :
2955m, le vrai sommet est à peine plus haut mais malcommode à atteindre en chaussures de ski (quelques pas d’escalade, probablement facile, mais sur une crête effilée).
Dénivelé positif :
600m environ si on compte la courte remontée au refuge.
Horaire approximatif :
3h30
Matériel :
Matériel habituel de ski de randonnée.
Difficulté et passages clés :
Course assez sûre car la pente est faible, la plupart du temps inférieure à 30°. Se méfier de la première traversée sur la droite (dans le sens de la montée), et d’un plaque possible sous le sommet.

Plus d’infos sur Camptocamp :
www.camptocamp.org/outings/754479/fr/roca-del-castello-par-la-montagne-de-motte

POINT JOANNE (3052m) EN TRAVERSEE PAR LE COL DE VALANTE

La Pointe Joanne est un beau sommet assez imposant, du sommet on croirait presque pouvoir toucher le Mont Viso. Elle peut se gravir en aller-retour par sa combe/face NW, mais la boucle décrite ci-dessous permet de voir du pays en terminant par une arête esthétique et facile.
Sur la vidéo on ne skie par l’itinéraire classique dans son intégralité, mais une rampe sur la droite de la combe pour sortir.

Itinéraire :
Du refuge descendre en traversée vers le SE jusqu’au point 2418.
Monter au col de Valante soit dans le goulet soit un faisant un détour par la droite.
Skier plein S jusqu’à l’altitude 2550m environ, avant le grand replat. Prendre un raidillon à droite, traverser vers l’W la combe du Gias del Boeuf pour atteindre la combe sous la Punta Seras. Remonter facilement cette combe vers le N en passant sous des cabanons militaire, par l’arête S atteindre le sommet.
Altitude mini :
2418m, le creux du vallon sous le refuge.
Altitude max :
3052m
Dénivelé positif :
1150m au total
Horaire approximatif :
5h
Matériel :
Habituel + crampons.
Difficulté et passages clés :
La partie italienne du parcours est orientée plein S, il faut donc partir assez tôt. L’arête S peut nécessiter de chausser les crampons si la neige est dure.
ATTENTION aux plaques à vent dans la combe NW, particulièrement après la départ le plus raide, et à gauche sous le col de Soustres (accident en 2009). Voir sur www.data-avalanche.org.

Plus d’infos sur Camptocamp :
www.camptocamp.org/outings/754502/fr/pointe-joanne-par-le-col-de-valante

Moniteur/coach/entraineur escalade, ouvreur de voies, community manager, journaliste, skieur, blogger.

VidéoTOPO ski: Brèche de Bérard, 10 mars 2016

breche berard ski rando

Après 2 semaines de pause me revoilà sur les skis, septique sur les conditions vu les chaleurs que nous avons eu en vallée dernièrement. Finalement nous avons fait du bon ski à la Brèche de Bérard et la montagne est plus enneigée que le 28 mars de l’année dernière (heureusement me direz vous!). Il manquait juste une journée de soleil en plus pour transformer les quelques centimètres de neige froide déposés l’avant-veille qui ont tendance à coller aux semelles des skis quand le soleil frappe. Et comme souvent certains passages de la traversée sous la Pointe Alphonse Favre étaient bien bétons et/ou en boules.
Nous avons pu casser tranquillement une graine à la Brèche Julien et moi, alors que des dizaines de randonneurs montaient au Buet ou traversaient au col de Bérard.
Les couteaux sont par contre indispensables en ces conditions printanières, voir même les crampons que j’ai préféré chausser pour rejoindre la Brèche plutôt que de galérer sur les skis dans les boules d’avalanches gelées de la grande traversée finale. Julien n’avait pas des couteaux et a tout fait en crampons, sans glisser sur les peaux.
La descente du vallon de Bérard passe encore très bien, il faut juste déchausser sur 50 mètres à la sortie de la forêt avant de rejoindre les champs puis le village.
Vous trouverez plus bas une descriptif de l’itinéraire ainsi qu’une « vidéo-topo » de l’itinéraire. Après la « vidéo-topo » de la Dent de Barme, voici un deuxième jet. Beaucoup de choses sont encore à améliorer, ça va venir petit à petit pour aboutir l’hiver prochain je l’espère à une production beaucoup plus aboutie.

Itinéraire :
Du sommet du téléski de la Floria (station de la Flégère, Chamonix) rejoindre le col des Aiguilles Crochues, c’est raide de suite, pas d’échauffement. Une longue traversée vers le nord puis l’ouest sous les Aiguilles Crochues et la Pointe Alphonse Favre permet de rejoindre la combe d’Envers Bérard où l’on remet les peaux à 2250m environ.
Après un premier raidillon on rejoint des pentes modérées puis l’arête facile entre la Petite Aiguille de Bérard et l’aiguille proprement dite. Juste avant le premier ressaut raide de cette arête, traverser vers le nord à l’horizontale jusqu’au pied de la Brèche, 50 mètres au nord de l’Aiguille, que l’on rejoint facilement à pied sur les derniers 20 mètres. Il est possible de passer également par le sommet de l’Aiguille, l’itinéraire est alors plus alpin.
La descente s’effectue plein Est en se décalant progressivement vers la gauche (barres) pour rejoindre le plat du refuge de la Pierre à Bérard, puis le village de Buet.
Retour à Chamonix en train.

Altitude mini :
1329 mètres (village de Buet)
Altitude max :
2701 mètres (col des Crochues)
Dénivelé positif :
150 mètres puis 400 mètres
Horaire approximatif :
5 heures au total

Matériel :
pack habituel de ski de randonnée avec couteaux et crampons

Difficulté et passages clés :
Les pentes ne sont jamais raides (40° max à la descente, 45° max à la montée) mais certains passages demandent de l’attention.
L’arrivée au col des Crochues se fait quasiment tout le temps avec les skis sur le sac. Même si des marches sont souvent creusées les crampons peuvent être utiles. Se méfier et ne pas tenter de pousser le plus possible avec les skis aux pieds, surtout sans les couteaux.
La longue traversée sous la Pointe Alphonse Favre est exposées aux coulées par temps doux. Il faut souvent skier dans les boules d’avalanches et la trace peut être gelée. Le plus délicat étant à la fin.
Attention aux plaques à vent dans la traversée en versant Ouest sous l’Aiguille de Bérard pour atteindre la Brèche. Même chose pour les 500 premiers mètres du versant Est, lors de la descente sur Bérard.
La descente du vallon de Bérard en rive droite sous 1550 mètres peut proposer des passages acrobatiques, attention à ne pas chuter dans le torrent,
En résumé, la Brèche de Bérard est un bel objectif court et accessible mais demandant des bonnes qualités de skieur hors piste.

Plus d’infos sur Camptocamp:
www.camptocamp.org/outings/745422/fr/aiguille-de-berard-traversee-crochues-breche-de-berard

Moniteur/coach/entraineur escalade, ouvreur de voies, community manager, journaliste, skieur, blogger.

VidéoTOPO ski: Dent de Barme par le Pas à l’Ours

ski pointe bellegarde col chambres

5h45, Liv et Colin sont à l’heure au parking de Bellevue. On va faire une heure de route pour les emmener découvrir le Haut Giffre (#dehorsdecham comme l’écrira Colin), j’ai un peu la pression mais leur ponctualité et leur bonne humeur sont rassurantes.
On part du parking du Pied du Crêt pour environ 350 mètres de portage. On chausse un peu avant le pont des drapeaux à prières. La montée est, nous le savons Grand Mik et moi, assez austère et sombre jusqu’au lac des Chambres. De plus la petite neige fraiche tombée la veille n’a pas de cohésion avec le fond dur et on patine assez souvent. Ils doivent se demander où nous les emmenons!
A partir du Lac, l’horizon s’élargit, puis l’arrivée au col des Chambres nous permet de rentrer pleinement tous les quatre dans le royaume où nous allons passer une superbe journée loin de tout, sans croiser âme qui vive jusqu’au refuge de Bostan. Toute la journée nous faisons la trace à la montée et les premières traces à la descente (sauf dans le vallon de Bostan). La neige est douce, souvent encore froide, parfois un peu collante, mais toujours facile à skier, justifiant pleinement la fatigue des 2700m de dénivelé positif que nous avalons.
Le moment le plus difficile est la montée à la Dent de Barme depuis la Vogealle. Entre le lac de Sageroux et la ligne de crête, le rayonnement solaire et la chaleur sont très forts. Je me félicite au sommet d’avoir pris 3 litres d’eau ainsi que des skis courts et légers, bravo à Grand Mik qui lui a conservé aux pieds le matos habituel!
La descente du vallon de Bostan restera un grand moment de ski rapide et facile, nous en avons fini avec les montées et on avance ensemble en grandes courbes face au soleil qui baisse sur l’horizon, souriant à en prendre des coups de soleil sur les gencives. Après la bière sur la terrasse du refuge nous repartons à fond, sans remettre en route les caméras. Dommage car on n’a pas acheté du terrain.

Dénivelé positif:
2700m positif environ
Distance:
20 km environ
Altitude de chaussage:
1200m
Altitude de déchaussage:
1096m (en passant par la forêt en rive gauche, chemin du Palatieux)
Durée approximative:
10h00 (partir tôt car la descente du Pas de L’ours prend le soleil dès son lever, pentes schisteuses avalancheuses et la montée au col des Chambres est longue)
Difficulté technique:
40° max à la descente, un peu plus au départ de la combe ouest, 45° à pied pour remonter à la Golette (crampons utiles), l’arête pour atteindre le sommet de la Dent de Barme peut nécessiter de déchausser avant la dernière pente
Crux itinéraire:
La descente du Pas à l’Ours demande de l’attention, démarrer la descente en montant un peu au dessus à gauche (nord) du col des Chambres, plus bas bien virer à gauche au point 2115m (IGN)

Refuges sur l’itinéraire:
Refuge du Folly (non-gardé durant l’hiver, www.refuge-du-folly.fr), refuge de Bostan (gardé les weekends, lerefugedebostan.com)

Compte-rendu de la sortie sur Camptocamp:
www.camptocamp.org/outings/739147/fr/dents-blanches-dent-de-barme-par-le-refuge-de-folly

Moniteur/coach/entraineur escalade, ouvreur de voies, community manager, journaliste, skieur, blogger.